NesBlog
A Link to the Past Week #150 / Juste au kazou

A Link to the Past Week #150 / Juste au kazou

Flattr this

Salut les poulets.

J’espère que vous profitez bien de votre week-end prolongé, obtenu en mémoire des vétérans de Call of Duty 14-18.
Cette semaine encore, on vous apporte votre dose de parodies, de covers (U mad ?) et de gros pixels en tous genres. Et de gamergate. Ouais.

PS : Venez prendre un pot à la maison un de ces jours !

free polls

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (19)

  1. Styx dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

    150 !!! Déjà ?! Et même pas de bonus pour fêter cela :'( … Vivement le 200e alors !

    « La question qui tue » est affolante avec les -‘bah c normal’ ou les -‘c pas pour tout de suite’. Seul la remarque d’un joueur parlant d’une différence de temps consacré à l’entrainement et au jeu pourrait être valable si une telle différence joueur/joueuse pro existe.

  2. cendrieR dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

    La question qui tue : je pense pas qu’il soit particulièrement anormal d’avoir des équipes mixtes dans le cas de jeux d’équipes, au vue de l’environnement actuel dans lequel évoluent les joueurs. En prenant pour exemple League Of Legends, il vaut voir que les joueurs des équipes pro se retrouvent à vivre dans une maison les uns sur les autres, les colocs à 3 garçons c’est déjà pas toujours évident alors je veux pas imaginer le résultat si on rajoute 2 filles et un environnement ultra stressant (des résultats sont attendus).
    Il faudrait des environnements de « travail » beaucoup plus costauds, mais par conséquent plus chers. On y arrive, mais c’est pas encore pour tout de suite.

    S’il y a un problème, il est extérieur au jeu en lui-même, parce qu’il ne faut pas oublier qu’une équipe s’entraine tous les jours en dehors des compétitions.

    • cendrieR dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

      Correction :
      « je ne pense pas qu’il soit particulièrement anormal DE NE PAS avoir d’équipe mixte »

    • Sonki dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

      Chaque équipe devrait pouvoir choisir d’être mixte ou non selon la cohésion possible entre les différents joueurs susceptibles de la former. Il n’y a aucune raison de leur imposer un choix, puisqu’elles sont chacune les plus à même de savoir ce sur quoi repose leur efficacité. Décider à leur place est complètement stupide et indéfendable – ainsi en est-il de ta position qui, faute de fondement logique, peine à dissimuler ton sexisme.

      • Patounet lundi - 10 / 11 / 2014 Répondre

        Toutes les épreuves de sports séparent les hommes et les femmes. Donc c’est une fausse problématique et une couche supplémentaire de soi-disant sexisme que certains cherchent à imposer au monde du jeu vidéo, alors que tout est normal.
        C’est ce féminisme à tout prix qui est stupide et indéfendable.

        • Hydro Bob-omb lundi - 10 / 11 / 2014 Répondre

          Les compétitions de jeux vidéo sont généralement séparées en deux tournois: un tournoi MIXTE d’un côté et un tournoi féminin de l’autre.
          Oui, pas masculin/féminin, mais mixte/féminin.
          Pourquoi les organisateurs procèdent comme tel? Pour une question d’équité: le fait est que les femmes sont minoritaires et donc socialement désavantagées dans la compétition vidéoludique, c’est une mesure de visibilité et d’égalité réelle à long terme. Théoriquement, la mixité des épreuves est possible, mais concrètement ce n’est pas ce qu’il se passe, pour tout un tas de raisons relatives au sexisme (cela ne veut pas dire pour autant que tous les compétiteurs masculins sont des machistes en puissance, mais qu’il y a une inégalité réelle et effective, qui n’existerait pas sans constantes sociétales sexistes). On en est réduit à faire des tournois spécifiquement féminins pour qu’on puisse donner leur chance aux joueuses. La mixité théorique ne suffit pas face aux phénomènes sociaux.
          Après, est-ce que ça résoudra le problème, ou est-ce que ça incitera les joueuses à ne rester qu’entre elles (sans pour autant dire qu’elles sont fautives de cette situation), tout se situe là.

          Pour dire, tous les sports ne séparent pas les hommes et les femmes. Si l’on prend l’exemple des Jeux Olympiques, l’équitation est de longue date une épreuve mixte, et les doubles mixtes en tennis et badminton ont été récemment introduits.
          Il serait mieux de savoir de quoi on parle avant toute chose.

          Le jeu vidéo est de toutes façons un sport mental, où la séparation théorique n’a pas lieu d’être, et à ne nombreuses reprises, il y a tout de même des cas de femmes concourant avec des hommes.
          Je suis la scène compétitive de Smash Bros, il n’y a pas beaucoup de femmes mais elles ont un haut niveau, et elles affrontent des hommes. Hors grand tournoi comme l’Apex, il n’y a pas assez de femmes pour faire des tournois féminins.

          • Patounet lundi - 10 / 11 / 2014

            Effectivement, si les compétitions équestres et les tournois Pokémon sont mixtes, il faut révolutionner l’organisation de l’ensemble des événements sportifs.

            La problématique sexiste dans les tournois est montée de toutes pièces et ne provient pas de l’expression d’un ressenti collégial des joueuses et donc de leur besoin de mixité.

          • Nono mardi - 11 / 11 / 2014

             » le fait est que les femmes sont minoritaires et donc socialement désavantagées dans la compétition vidéoludique, c’est une mesure de visibilité et d’égalité réelle à long terme. »

            D’accord, mais avec cette logique, on peut faire ça avec toutes les catégories : un tournoi pour les vieux, les éthiopiens, les handicapés etc…

        • Bob mardi - 11 / 11 / 2014 Répondre

          « Toutes les épreuves de sports séparent les hommes et les femmes. Donc c’est une fausse problématique et une couche supplémentaire de soi-disant sexisme que certains cherchent à imposer au monde du jeu vidéo, alors que tout est normal.
          C’est ce féminisme à tout prix qui est stupide et indéfendable. »

          Plutôt que de dire « c’est comme ça dans le sport donc c’est normal et si tu remets ça en question tu es un feminazi », on peut peut-être aussi se poser la question du pourquoi c’est comme ça dans le sport ?

          On dit que les femmes sont plus faibles physiquement, plus petites… Mais il y a aussi des hommes petits et faibles physiquement, faut-il créer une catégorie spécifiquement pour eux ? Et pour les femmes grandes et fortes ? Je pense que dans le jeu vidéo, maintenir la non-mixité ne fera qu’alimenter un sexisme déjà omniprésent dans ce milieu.

          ps : je passe sur la réflexion « femmes = fouteuses de merde dans un groupe d’hommes »…

          • Patounet mardi - 11 / 11 / 2014

            Les catégories que tu cites sont clairement discriminantes: petit, gros, faible. La séparation par genre ne l’est pas par nature, mais l’est devenue récemment par une idéologie féministe forcée. Il ne t’aura pas échappé que la différence homme-femme dépasse la largeur des épaules et vient intégralement de leur complémentarité sociétale millénaire.

    • Selene lundi - 10 / 11 / 2014 Répondre

      Cendrier > argument hétérocentré, qui considère donc l’hétérosexualité comme la « normalité », et donc l’homosexualité comme très marginale et donc anormale. Argument par conséquent homophobe, sans doute malgré-toi.

      Patounet > Ton sexisme ne s’appuie sur aucun réel argument.

    • Des Jean-Bon mardi - 11 / 11 / 2014 Répondre

      Comme c’est millénaire il ne faut pas y toucher ?
      Une nouvelle loi à proposer pour le front majoritaire « stabilisationiste » ?

      Je sais que ce n’est pas clairement ce que tu as peut-être implicité, mais si l’idée n’y était pas : attention au manque d’approfondissement de tes idéaux : ça peut porter à confusion et permettre à certain de rebondir sur du vide… et la Physique n’aime pas être chatouillée !

      Sinon c’est assez bien pensé…
      Mais de mon point de vue, la complémentarité homme-femme n’implique pas une « sectarisation » de tous milieux et environnements par le sexisme ; c’est majoritairement les mœurs inspirées de la plupart des religions monothéistes, qui nous ont ancré les séparations sociétales, et donc spirituels, des deux sexes.
      Ne serait-il pas temps de modifier quelque peu cela ? Au vu du fait que les dogmes religieux en France n’ont plus qu’un impacte direct infime…
      Par là je veux dire que les religions n’imposent plus directement leurs lois, pas que la religion ne pèse plus au sein des conflits sociaux.

      Le problème n’est pas vraiment de savoir ce que les femmes sont capable de faire ou non. Il est plutôt à objectiver quelles sont les différences concrètes et non sociales qui existent entre les deux sexes.
      La cohésion sociale par le sexisme que nous connaissons aujourd’hui, n’est qu’une illusion aboutie par des centaines de générations qui ont suivie leurs pères sans se poser de questions, ou plutôt, sans la reformuler (la question).

      Par la science nous savons aujourd’hui que beaucoup d’aspects nous sépare de la femme, en cause (je dirais plutôt grâce à) ses fonctions d’incubatrice et de nourricière de mammifère femelle. Mais rien des études dont je connais l’existence, ne prouve qu’une femme ne peut pas être body-buildée, ni n’a la possibilité de pouvoir jouer aussi bien aux jeux-vidéos que les hommes.

      La question féministe implique aujourd’hui une polémique, parce qu’elle est « vendue ». C’est à dire qu’au delà de son idéologie, ses matrones essayent de faire du zèle pour rassembler plus de partisans/es et faire légitimer leur visions du féminisme.
      Mais l’idée de base reflète une opposition à un système ancien qui n’est plus justifiable par la majorité ; si l’on demande aux gens quelles sont les raisons actuel des grandes sectarisation sexistes, il n’en ressort majoritairement que des idées préconçues et fausses, même si souvent bien argumentée.

      La conclusion à tout cela est qu’il existe certes des différences entre hommes et femmes, mais gare à ne pas les lier à des aspects sociaux ou spirituels intrinsèques aux sexes.
      Il est serai donc judicieux d’éviter, à mon humble avis, de créer de nouvelles disparités sexiste, dans des milieux nouveaux, ce afin de limiter les bavures que nous faisons déjà… l’amour, ça tâche.

      En fait, pour que cette question soit peut-être résolu, nous devrions essayer d’enseigner aux nouvelles générations ce qu’est concrètement un homme et une femme, l’impacte que chacun occupe dans la nature, ce tout en limitant au maximum les prises d’opinions politiques et sociales que nous faisons aujourd’hui dans l’éducation contemporaine en France.
      Des hommes aimerons des femmes, des femmes aimerons des hommes, des hommes aimerons des hommes, des femmes aimerons des femmes… l’être humain est étrange. Arrêtons de vouloir le normaliser et/ou le codifier, car c’est principalement ce qui le rend fou et malade.

      Sinon les féministes d’après moi ont raisons dans le fond… c’est comment s’en servent certaines/certains (oui, il existe des hommes féministes) qui me répugne.
      Plutôt qu’être féministe, ou machiste, ou s’en foutre : soyons humanistes… ça changera ! 😀

      • Hydro Bob-omb mardi - 11 / 11 / 2014 Répondre

        Le mouvement féministe est surtout très disparate, et les différents courants s’opposent fréquemment. Il y a donc effectivement des luttes de pouvoir entre les organisations, avec tout ce que cela comporte.
        Après, c’est à chacun de voir dans quel courant peut-il/elle se situer.
        Le problème de ce que tu dis, et de ce que beaucoup disent de manière bien plus vindicative et avec beaucoup de ressentiment, c’est l’idée de « les féministes ont raison mais ce sont des ***** « . Certains disent alors qu’il faut rejeter le mot « féministe » face à sa connotation négative.
        Le fait qu’il y ait une fraction féministe, puissante médiatiquement et de plus en plus dans les institutions, avec laquelle je ne suis pas d’accord, ne m’empêche pas d’être féministe.
        Dire qu’il ne faut plus être féministe pour vouloir l’égalité entre hommes et femmes, c’est quand même donner raison aux anti-féministes et aux phallocrates. Le problème est que le mot regroupe des courants hétéroclites, ce qui est utilisé pour le discréditer à partir d’un seul de ces courants. On vide le mot de son sens. Le mot « humaniste » est encore pire à ce niveau.

        Bon après, sur le sujet par lequel cette discussion est partie, je pense que les gens non-sexistes sont d’accord pour dire que la séparation imposée entre hommes et femmes dans un tournoi de jeu vidéo n’a pas lieu d’être. Le problème existe encore socialement, et la question est alors quelles mesures doivent être prises.

      • Sonki vendredi - 14 / 11 / 2014 Répondre

        @ Des Jean-Bon

        Tu te trompes vraiment à vouloir rattacher le sexisme aux religions monothéistes, ou même aux religions tout court.

        D’abord, le christianisme donna aux femmes, dans son approche universaliste, une place bien plus égale de celle des hommes que n’en donnait la société romaine pré-chrétienne. Et ce sexisme antique, extrêmement inégalitaire, se retrouvait autant à Rome qu’en Grèce, qu’en Perse ou qu’en Extrême-Orient, indépendamment de toute religion monothéiste.

        Ensuite, cette tradition sexiste n’est pas forcément fondée sur la spiritualité non plus, et n’existe d’ailleurs pas depuis l’aube de l’Humanité. Il semble même que nombre de sociétés primitives furent matriarcales (et on en retrouve des traces encore aujourd’hui, tel qu’au Pays Basque, par exemple, dont la tradition est matrilinéaire) et que la majorité des premières divinités furent des femmes (au premier rang d’entre elles, la Mère Nature – la Terre -, plus tard soumise aux dieux masculins et célestes).

        Le sexisme tel que nous le connaissons aujourd’hui – tel que nous en avons hérité des générations précédentes – n’a donc rien d’absolu ou d’éternel et ne prend pas ses racines dans les tréfonds de notre culture. Il semble au contraire s’agir d’une simple organisation précaire de nos sociétés, destiné à répondre aux circonstances précises dans lesquelles il est apparue et n’étant dès lors plus justifié si ces circonstances venaient à changer – ce qui pourrait bien être le cas.

        En conclusion, il faut aussi noter, pour être complet, que l’on pourrait dire exactement la même chose de la notion actuelle de famille (un couple hétérosexuel et leurs enfants biologiques), que l’Humanité n’a pas non plus adoptée depuis « la nuit des temps » et qui ne trouve pas non plus son origine dans nos religions contemporaines (le Christ s’opposant très clairement à l’idée de famille, la considérant comme une distraction de Dieu).

        Pour lier tout ça au sujet : soyons rationnels dans notre analyse des circonstances justifiant la séparation des joueurs en fonction de leur sexe, en nous détachant de toute considération que nous aurions tendance à appliquer par habitude abstraite plutôt que par réflexion logique sur un fait concret.

        • Des Jean-Bon dimanche - 16 / 11 / 2014 Répondre

          @Sonki

          Pas faux. Mais le fait est que ce qui ancre les disparités actuel proviens majoritairement du monothéisme. Peut importe l’évolution qu’il y a eu par rapport à des périodes antérieurs, c’est bien une vision de la femme qui ne peut être autre que nourricière qui reste encore accroché dans la plupart des esprits (je parle de la France). Femme nourricière égale femme « faible » qui doit être protégée par l’homme « fort » ; alors que ça aurait put symboliser, bien au contraire, une femme « forte ». Une femme qui est « forte » est considérée comme castratrice pour une majorité des hommes de notre société (ce qui n’est pas forcément péjoratif selon les personnes).
          Le fait est que les dogmes initiaux n’étant absolument pas respecté par les hommes, les religions peuvent bien dire ce qu’elles veulent : l’interprétation qui en a été fait a amené à une ignorance collective ; il est bien beau de dire que la religion n’a pas ces valeurs, mais c’est pourtant avec ce qu’elles sont inspirées que sont défendu l’anti-homosexualité, la place de la femme dans la société. Pas par une opposition directe : « La religion dit que… », mais par des implicites qui se sont ancrées dans nos valeurs par des interprétations antérieur des textes. Bourdieux a bien bossé dessus et bien que je ne pense pas qu’il soit un Dieu, comme certains l’idolâtrent, il soulève un grand nombre de points qui me semble valable sur ce fait. Je te le conseil si tu ne t’y es pas intéressé…

          Les organisations précaire ne se produisent pas par magie… elles sont elles même des réponses à d’antérieurs situassions, qui prennent leur racines dans les tréfonds des expériences retenues et passées. Chaque nouvelles civilisations ne retiens pas les même expériences en fonction de sa population et des mœurs nouvelles ou qui y perdurent. Je pense qu’il faut voir l’évolution des sociétés tel aux procédés d’évolution biologique, cependant sur une échelle de temps bien plus courte.
          Selon ce de quoi elle provient, elle conserve et crée de nouveaux modèles, ou rétrograde (ce qui est possible aussi dans l’évolution biologique ; putain de RNG) sur des schémas connues ou oubliés.

          Aussi j’aimerais connaître tes sources, car tu te bases sur des faits non évident qui ne repose pas sur ton expérience personnel. Ce évidemment pour te mettre en échec et parfaire ma suprématie intellectuel (second degré ; on ne sait jamais).

          @Hydro Bob-Bomb

          Quelles mesures ? Autoriser la mixité dans les tournois de jeux vidéo par exemple ?
          Suffit juste qu’un organisateur/une organisatrice le fasse pour que d’autres réfléchissent…
          Perso je n’ai pas le temps de m’y attarder, j’ai d’autre causes à défendre et mes études à terminer. Mais ci ça tente quelqu’un : lancez-vous !
          Malheureusement/heureusement seul la légitimité permet d’avoir un impacte : choppez du galon, à vous de voir si ça en vaut le coup…

          • Des Jean-Bon dimanche - 16 / 11 / 2014

            Pour moi être féministe, ce n’est rien plus que mécroire autant qu’un machiste.
            L’étymologie a du sens : et on l’oublie trop souvent.
            Par exemple un islamiste n’est pas un terroriste, mais un croyant se soumettant aux dogmes de l’Islam. C’est parce qu’on leur a laissé bafouer l’image originale de la chose qu’il y a aujourd’hui tant d’amalgame.

            Franchement… pourquoi « féministe » ?
            Ça ne défend absolument pas la cause voulue, car dans l’idée ce serait : prôner la femme ==> donc s’opposer à l’homme.
            C’est pour cela que le terme humaniste est bien plus efficace que « féministe » ==> prôner l’humanité.
            On devrai même être vivaliste en fait ! Ça ne veut pas dire devenir un putain de hippie, mais peser le pour et le contre de ses gestes et décider si les conséquences en sont majoritairement positives.

  3. Lirion dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

    ça gène que moi que la musique de « Zelda OOT medley » fasse partie de majora’s mask et non OOT ?

    • Phoenix dimanche - 09 / 11 / 2014 Répondre

      Non

      • Chriski lundi - 10 / 11 / 2014 Répondre

        Ce qui me gène c’est qu’on se tape un morceau d’un Zelda toutes les semaines ou presque…

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)