NesBlog

CHROMA S01.09 SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT

Flattr this


CHROMA S01.09. DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT par karimdebbache

Un épisode de Noël ! Avec un film qui se passe vraiment à Noël !

Attention !

Cet épisode contient des images pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes.

Vous êtes prévenus.

Le dvd de Silent Night, Deadly Night 1 et 2.

Le Bluray d’Halloween, qui contient le documentaire 25 Ans de Terreur dont j’utilise des extraits.

Le documentaire Going To Pieces : The Rise and Fall of the Slasher Film, dont j’utilise également des extraits.

Les DVDs/Blurays de Vendredi 13, Jason le Mort-Vivant, La Saga des Griffes de la Nuit, The Burning, Les Tueurs de l’Eclipse.

Le livre Qu’est-ce qu’un bon film ?, de Laurent Jullier.

et la playlist Spotify de CHROMA.

 

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (27)

  1. singe batteur vendredi - 09 / 12 / 2016 Répondre

    Suriner comme sfaire pipi ? Good !

    • Planchet lundi - 12 / 12 / 2016 Répondre

      Dis donc toi! T’aurais pas déjà fait cette ( bonne) blague sur le bazar du Grenier des fois?

      • singe batteur lundi - 12 / 12 / 2016 Répondre

        ???

        • Planchet lundi - 12 / 12 / 2016 Répondre

          Ah non mea culpa maxima. Forget it.

  2. CoiLatO vendredi - 09 / 12 / 2016 Répondre

    Nom d’un p’tit bouchon ! Les pulls !

  3. Mope vendredi - 09 / 12 / 2016 Répondre

    Magnifique épisode de noël ! 8D

  4. atarmak vendredi - 09 / 12 / 2016 Répondre

    mais du coup, où karem emmène karim?

    • ScalSaver samedi - 14 / 01 / 2017 Répondre

      Il l’emmène ver eux même ! Archimède Kebab, c’est un annagramme de Karim Debbache. =D

  5. ArracK samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    C’est décidé, à Noël, je m’offre une panoplie de couteaux.

    (10/12/2016 : le lien spotify est cassé)

    • ArracK samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

      En fait non. J’suis pas doué…

  6. Moi Meme samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    C’est un terrible contre sens de croire que Michael Myers est l’incarnation du mal dans le premier Halloween, alors qu’il ne représente en fait qu’un certain idéal de justice!
    En fait il faut éviter la sur interprétation de l’introduction du film et décrire ce qui se passe réellement. Les premiers plans présentent un enfant seul dans la rue le soir d’Halloween. Pour un publique européen ça n’évoque rien, mais le jour Halloween est largement considéré comme le jour le plus dangereux dans la culture collective américaine (à raison d’ailleurs). C’est quelque chose qui est profondément innée, pour un américain voir un enfant seul le jour d’Halloween est vraiment choquant, tout comme peux l’être pour un européen voir un enfant du mème age jouer avec une arme à feux. Cette peur est si solidement ancrée qu’une grande partie des films d’horreur se passe a cette période de l’année aux US.
    Hors, c’est justement pour surveiller leur enfant en ce jour spécial que les parents ont embauché une baby-sitter, qui justement ne le surveille pas, préférant se taper le grand frère. C’est en fait ca qui est réellement choquant pour le publique, pas tellement qu’elle ai une relation sexuelle, mais qu’elle délaisse sa tache d’aînée de protection des plus faible. Plus tard dans le film les baby sitters qui se feront tuer n’auront pas forcement de relation sexuelle, mais a chaque fois, elles abandonneront l’enfant dont elles ont la charge.
    Et ca , c’est l’idée de base de beaucoup de slasher. On retrouve exactement la meme scène d’introduction de Vendredi 13 que tu cites, ou les moniteurs couchent ensemble en laissant sans surveillances les enfant dans la piece du dessous qui sont sous leur responsabilité (regard appuyé de la camera sur les enfant à la merci d’une présence inconnu des les premières secondes). Ou bien encore dans SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT, meme si le réalisateur affirme ne pas aimer ce genre, il l’applique exactement, l’institution religieuse abandonne la protection du plus faible, celui revient appliquer une justice plus tard. Hors dans ce film, certain meurtres sont gratuit (les employés du store), la ou ils sont toujours justifié dans vendredi 13, et à l’inverse de ce que tu affirmes, peux être as tu aimés le seconde précisément parce qu’il met en scène une forme de justice ( primitive ) à l’opposé de l’idée du Mal.
    D’ailleurs je dit bien justice et non pas vengeance, dans le sens ou le premier mot implique bien une fonction sociale, et le deuxième un acte individualiste asocial. On peux citer encore Carnage, ou un ancien surveillant de camp de vacance tyrannisé par des ados, vas a son tour punir ces mèmes ados qui terrorisent les plus jeune et plus faible qu’eux, etc… Le sexe est en fait bien moins présent que ce que l’on imagine dans ces films.
    En effet pour aller plus loin, on peux se demander pourquoi les tueurs sont systématiquement masqué? Les ethnologues te montreront que dans beaucoups de sociétés ont retrouve toujours un genre de rite de renversement de rôle. Dans la société occidentale , c’est le célèbre Carnaval, dont la fonction initiale était de permettre pendant un cours laps de temps au « fou d’être roi ». On tolérait, comme soupape sociale, pendant un cours laps de temps une forme de justice sociale, ou l’on pouvait publiquement se moquer (violemment souvent) des puissants et critiquer les abus du pouvoir. Le plus connu étant le charivari ou les jeunes allez chahuter un vieux concupiscent s’étant marier de force avec une jeune femme, le tout masqué, pour à la fois signifier l’inversion des roles, mais aussi incarner une idée de justice plus que de vengeance personnelle.
    On en revient exactement au propos du slasher, pendant un événement exceptionnel (une projection) les rôles s’inverse et à la faveur des masques on a un exemple édifiant de justice ou les meurtres sont en réalité des sacrifice expiatoire qui permettent la cohésion sociale (on retrouve le rite dans toute les société traditionnelle, et donc d’une manière plus dissimulé dans nos société qui se veulent moderne).
    Par ailleurs, le publique visé est celui des adolescents, et ces films ne cherchent pas temps a criminaliser la sexualité des jeunes que plutôt de servir de rites d’initiation, dans une société multiculturelle US récente qui en est complètement dépourvue (la ou il en reste encore un peux dans le reste du monde), leur enseignent que la responsabilité d’un adulte est dans la protection du plus faible avant sa propre jouissance.
    D’ailleurs quant on analyse le publique de cinéma américain , on se rend compte que le visionnage de ces films est pas mal différent avec le vieux continent. Alors qu’ici on a affaire a une simple distraction, la bas ils sont bien plus perçu comme des contes moreaux vu précisément au moment du passage à l’age adulte.
    Évidement, les fonction social des slashers était déjà nécessaire avant l’invention du cinéma, et on peux déjà le retrouver dans la littérature américain bien avant notamment avec Hop-Frog de Edgar Allan Poe ecrite en 1849.
    On y trouve tous les canons du genre: un personnage nain costumé « le bouffon » (=Michael Myers, Jason) qui représente traditionnellement dans les monarchies européenne la possibilité codifié du faible d’attaquer le roi , le protecteur , à travers un masque. Quand le roi ne tient pas son role de protecteur qui lui est assigné en faisant passer sa jouissance avant tout (les surveillants, les baby sitters, les bonne sœurs), il sera victime d’une vengeance du faible particulièrement sanglante et horrifique en guise de catharsis.
    On pourrait aller encore plus loin en montrant que ces film pre-reganien affichait une forte méfiance des institutions, montrant des flics incapable de protéger les plus faible, voir parfois meme en se comportant en bourreaux (comme les soeurs de SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT). On est ici dans une sociéte americain qui vient de connaître la fin de la guerre du viet-nam ou les plus jeunes et les plus pauvres furent envoyé en masse au casse pipe par des autoritées irresponsable. Le désir de vengeance du tueur est donc a double sens: contre l’individue-Bully, et contre l’institution sociale qui en fait de mème.
    Voila, j’ai essayé de résumer tant bien que mal un semestre de cours universitaire sur « le film d’horreur américain ». Quand à la découverte du genre du Hop-Frog Movie qui englobe une bonne partie des slasher (mais aussi d’autre, comme Carry, dont les points commun avec les autres slasher doivent te sauter au yeux si j’ai bien su m’exprimer) n’est pas de ma personne, mais de mon prof, Christol Florent, qui a ecrit son doctorat sur le genre, et citant comme scène d’illustration l’introduction de Hallowen.
    http://theses.univ-poitiers.fr/notice/view/45082

    • Niavlys samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

      Attention Spoilers :
      C’est sa sœur que Michael Myers tue au début du film, pas sa baby-sitter. Et Laurie Strode s’appelle en réalité Cynthia Myers, elle à été adopté par les Strode.
      Elle est la sœur de Michael, elle est née pendant que ce dernier était en hôpital psychiatrique.

      • moimeme samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

        Absolument je me suis fait des noeuds j’ai vu la séquence il y a longtemps . Ca ne change rien au propos c’est la grande soeur qui abandonne son petit frère en pleine nuit.
        D’ailleurs en vérifiant sur la vf j’ai constater qu une voie off précise des les premiers secondes que halloween étais comme le mardi gras de ‘ chez nous ‘ comme justement j’ai voulu montrer le rapport.

        • Niavlys samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

          La VF n’a jamais été folle pour les films de genre à cette époque (Le personnage de « Vendredi 13 » s’appelait Jacky dans la VF par exemple), surtout pour expliquer les coutumes étrangères, et ça se ressent encore avec les titres de films modifiés.

    • agentdonuts dimanche - 11 / 12 / 2016 Répondre

      Merci à toi pour les précisions apportées dans ton commentaire mais je t’en prie fais un effort sur l’orthographe , ça décrédibilise ton propos.

  7. huss samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    ah Poitiers, quelle belle ville. <3

  8. David samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    Ils vendent vraiment des M. patate star wars…

    Je suis pas fan du genre mais du peu de film que j’ai vu, je trouve que ceux comme Halloween où l’on ne cherche pas à justifier les instincts du tueur sont plus glaçants. C’est certainement dû au fait que les histoires derrière sont ultra clichés (type machin est mort qui traumatise truc) sont trop lointaines d’un réalité crédible. Donc on y croit pas.

  9. Max samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    Super épisode, comme d’hab !
    Le slasher est mon genre de film préféré (même si en fait c’est les films gore en général). J’avais commencé par Scream et ce n’est que en voyant ces fameux slasher des 80’s que j’ai compris tout ces codes qui étaient parodiés.

  10. DEF samedi - 10 / 12 / 2016 Répondre

    Très bon épisode!
    Par contre, y’a une musique que je n’arrive pas a retrouver sur spotify. Elle reviens souvent et c’est celle en 2min55 quand Karim parle de slasher, si quelque connait son nom.

    • R.Duke mercredi - 14 / 06 / 2017 Répondre

      J’aimerais beaucoup retrouver cette musique lancinante moi aussi. Quelqu’un la connaît ? Merci !

  11. Walter Yellow lundi - 12 / 12 / 2016 Répondre

    Coucou. Rien à voir, mais tu es invité par les joyeux drilles de ZQSD, si tu as du temps libre.

    • Walter Yellow lundi - 12 / 12 / 2016 Répondre

      Désolé pour ce commentaire le moins utile de la terre.

      La chronique est géniale, j’imagine que je ne dis rien de neuf. 🙂

  12. shingo255 mardi - 10 / 01 / 2017 Répondre

    mais du coup la pub always entre 2 meurtres sanglants c’est ce qu’on appelle de la pub ciblée?

  13. bekivla mardi - 07 / 02 / 2017 Répondre

    coucou les enfants pour ceux qui ne serais pas au courant l’épisode 10 de chroma est sortie mais n’est pas publié sur ce site… (pour l’instant?) fin bref il est dispo sur chro-ma.com bon visionnage 😉

    • sei mardi - 28 / 02 / 2017 Répondre

      Merci je commençais à croire que CHROMA était fini ;p

  14. Matthias jeudi - 30 / 03 / 2017 Répondre

    Le jaune sur les couvertures des Giallo – à mon avis – c’est juste parce qu’à l’époque, l’encre jaune était la moins chère. C’est pour ça que tu trouve très souvent des fonds jaunes dans les vieilles BD bas de gamme (pense à tes vieux picsou magazine et autres journal de tintin)

  15. Evo Massiny mardi - 06 / 06 / 2017 Répondre

    à 00:57 « […] du sang humain tout ce qu’il y a de plus normal, H2O »
    H2O ? C’est du sang pas de l’eau ! 😀
    (Sinon l’épisode est super, comme d’hab :] )

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)