NesBlog
En finir avec le remplissage

En finir avec le remplissage

Flattr this

God Of War ne serait-il pas un peu trop long ?

Parlons un peu du remplissage, phénomène bien trop courant dans le petit monde du jeu vidéo.

Bon visionnage, et keur sur vos manettes !

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (1)

  1. Runner mardi - 03 / 07 / 2018 Répondre

    Excellent vidéo comme d’habitude, la qualité de ton travail s’est améliorée de manière assez hallucinante par rapport à tes débuts, depuis une bonne dizaine de vidéos c’est vraiment parfait : le thème est très pertinent, bien illustrée, la narration est claire et calme ce qui permet de suivre sans être largué, et le sujet me parle toujours, tu exprimes avec brio ce que je ressens parfois vaguement sans mettre de mots dessus ^^

    Concernant le remplissage, non seulement il est devenu omniprésent dans les AAA, mais en plus des éléments RPG quasi-systématiquement présents même dans les non-RPG, les jeux s’influencent à outrance les uns les autres selon les modes du moments ; une bonne idée va être reprise à toutes les sauces chez la concurrence, à tel point que pour trouver un peu de fraîcheur il faut se tourner vers les plus petits jeux voire les indés… Avec autant d’argent et de moyens, c’est très dommage que les gros jeux prennent si peu de risques et veuillent à tout prix ramener un max de pognon en versant dans la facilité !

    Quelques exemples qui m’ont plus ou moins agacés, voire parfois gâché une bonne partie de mon plaisir :

    – Les derniers Tomb Raider, ultra influencés par FarCry (les séquences hallucinées, le craft) et Uncharted (coucou les scripts omniprésents, le moindre pont s’écroule de manière systématique et prévisible)

    – Dragon Age Inquisition : plus de 100 heures (déjà c’est trop selon moi), dont combien de remplissage ! Cueillette, craft, « exploration » de maps immenses mais vides aux trois quarts…

    – Mass Effect Andromeda : du remplissage, des machins à ramasser dans des maps vides…

    – Tiens et pour contrebalancer la facilité de la critique de Mass effect, je vais même me permettre une petite critique de Witcher 3 : combien de bribes de stuff à ramasser au fin fond de la campagne, combien de dizaines de plongées dans les mers de Skellige pour remonter des tonnes de matos inutiles qu’on va revendre une misère en marchant parce qu’on est surchargé !

    Quand on est irrésistiblement attiré par le 100% comme moi, eh bien on se tape tout ça comme un pigeon, et non seulement c’est trop long, mais en plus ça peut nuire à l’expérience en cassant la narration par exemple (Dragon age, Witcher 3…) C’est de la fausse durée de vie, et je trouve ça assez malhonnête ; aujourd’hui, ayant comme toi moins de temps pour jouer qu’avant, j’hésite à lancer un gros AAA car je sais que ça va être très long, et passer des semaines sur un seul et même jeu bourré de remplissage, ça me gâche un peu mon plaisir et c’est bien dommage.

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)