NesBlog
3615 Usul – Le Crowdfunding

3615 Usul – Le Crowdfunding

Flattr this

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (60)

  1. McGarren dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Faire une coupure comique dans la vidéo pour caricaturer les crowfouding c’est bien. Une seconde fois ça marque l’esprit. La troisième séquence de la caricature est juste dégoûtante et me fait croire que vous vous moquez réellement et violemment de ce mode de financement.

    Cet abus m’a tout simplement fait perdre le fil du restant de la vidéo qui s’est trop accès sur une comédie, négligeant trop un fond posé et argumenté.

    Et puis il n’y a pas que les kickstarter et autres pour financer des projets : Benzaie a vendu des T-shirts et des mugs sur spreadshirts et ayant participé au financement, j’en suis bien heureux de mon petit cadeau, surtout si cela permet de réaliser des projets auxquels je pense tenir.

    • Sanjieidos dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      Je trouve que c’est le point for de cette chronique : elle est plutôt positive dans l’ensemble mais n’hésite pas à critiquer les dérives du crowfdunding, ce qui en fait une vidéo intelligente et nuancée. Les phases comiques sont un vrai plus.

    • Tong Po dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      Je sais pas si c’est une moquerie du crowfounding en général ou si certains doivent se sentir visés, reste que l’équipe de « Noob » la série prépare un film, qu’ils ont reçu beaucoup plus qu’attendu et qu’ils préparent effectivement une trilogie. Après je sais pas si Cornillac a été approché. 🙂

      • Khena dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

        Je pense que le clin d’œil à Noob est assez explicite vu l’URL de la vidéo : Funglisoft étant la boite de production de Fabien Fournier le réalisateur de Noob.

        • Tong Po dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

          Ok, je savais pas, merci pour l’info, je suis fixé maintenant sur le sous entendu que j’avais cru descellé.

          Même si je suis pas fan de Noob (j’irai même jusqu’à dire que j’aime pas du tout) c’est un peu gratos comme tacle non?

          • Gnome jeudi - 21 / 11 / 2013

            vu le niveau du jeu d’acteur de la websérie et surtout les stretch goals du projet, je pense que le tacle est justifié:
            faire les accessoire des personnages au compte goutte, faire un stretch goal pour doner une attaque spéciale à tel ou tel personnage, proposer de lancer une trilogie avant même d’avoir réalisé le premier…
            soit dit en passant 700 000 euros, même pour un seul film ce n’est pas grand chose, donc ça restera extrêmement cheap, quand bien même c’est le plus gros financement de ce type en France.
            je crains fort que la qualité ne soit pas au rendez vous. et les participants n’auront aucun recours une fois le premier film réalisé.

    • zigounette dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      Y’a que la vérité qui blesse.

    • BaronVonChateau dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      En toute équité, ça fait un moment que le 3615 s’auto-parodie sans ménagement. A mon sens, ça leur donne assez de crédit pour qu’ils s’attaquent à d’autres sujets sur le même ton – surtout quand c’est pas gratuit.

      Pour l’histouère, je kickstarte pas mal et je trouve que le modèle mérite d’être défendu, mais il faut pas se cacher, il y a des abus et il faut en parler. C’est comme Sanjieidos il dit : la nuance.

    • Bruno dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      Le plus chez Benzaie c’est qu’il ressentait un malaise à prendre des sous pour produire un film sans réelle contrepartie. Et je préfère nettement sa méthode, t’achète les goodies et il t’annonce qu’il financera son film avec, c’est honnête. Donc tu pars du principe que tu achètes d’abord un tshirt ou un mug et que le reste c’est du bonus.

      Y a toujours des kickstarter que j’ai de travers Planetary Annihilation, 2 millions récoltés, 80€ l’accès à l’alpha et 60€ le jeu en démat à la sortie. Pour un Supreme Commader bis au final… Allez à 40€ en promo sur l’humble store en ce moment mais quand même c’est de l’abus.

      Ce qui me choque le plus, c’est que tu finances le jeu mais la contrepartie est vraiment ridicule en général voir rien du tout si tu ne peux pas mettre beaucoup, genre si tu mets une somme astronomique t’as le droit de leur serrer la main ou de voir ton nom au générique… Ouais pour plus de 1000€ c’est encore heureux quand même.

      Y en a même qui te donne le titre honorifique de « producteur exécutif » dès 5000€ mais pas les retours qui vont avec on a dit honorifique.

      C’est des studio qui s’émancipent, tu leur payes le gîte et le couvert pour qu’ils développent le produit qui va encore les nourrir pour quelques années si ça se vend bien derrière, c’est pas des ONG.

      • Nadawoo mercredi - 20 / 11 / 2013 Répondre

        Je ne comprends pas ta remarque :

         » Ce qui me choque le plus, c’est que tu finances le jeu mais la contrepartie est vraiment ridicule en général voir rien du tout si tu ne peux pas mettre beaucoup, genre si tu mets une somme astronomique t’as le droit de leur serrer la main ou de voir ton nom au générique… Ouais pour plus de 1000€ c’est encore heureux quand même.  »

        Le but du crowdfunding, c’est de financer les projets que tu estimes prometteurs et leur donner une chance de voir le jour. Ce n’est pas un placement en bourse. quand tu fais un chèque aux Restos du coeur, tu vas te plaindre que ton nom ne figure pas au générique du spectacle annuel ?

        • Bruno samedi - 23 / 11 / 2013 Répondre

          Donc financer un jeu indé, c’est nourrir un dev qui ne boucle pas ces fins de moi c’est quoi cette comparaison débile avec les restos du coeur ?

          • Nadawoo dimanche - 24 / 11 / 2013

            Ne fais pas semblant de ne pas comprendre, je suis sûr que tu vaux mieux que ça. Je te fais quand même la traduction au cas où : le crowdfunding, c’est un acte altruiste, donc il n’y a pas de récompense à attendre en retour, hormis la satisfaction de voir aboutir un projet auquel on croit. Capiche ?

            (Et non, je ne compare pas un dev indé à Mimi Mathy non plus)

    • Katone lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      En lisant ton commentaire avant de regarder la vidéo je me suis dit « merde putain, un épisode de usul raté ? »
      hey bien finalement je trouve que tu abuses vraiment, l’effet comique est là, la répétition n’est pas abusé et au contraire très réussis, le contenu est toujours aussi recherché, et cet épisode est très intéressant.

      Vous avez réussis a faire un très bon épisode cet semaine !

  2. Cephis dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    coquille dans le titre…3515?

  3. Ecervele dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Pour 36 15 Usul la trilogie, vous auriez du l’appeler germanal… XD
    Parce que ça allait élargir le cercle de vos spectateurs!!! ; )

    • chanteurdepoil dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      bonne réponse (salace) de l’amiral Kersauson !

  4. Un Fan dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    J’ai apprécié la vidéo, mais la référence à noob tout du long m’a un peu dégouté, surtout que je n’ai pas du tout eu l’impression que c’était ironique, SALAUD!^^

  5. HaerDalis dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Quelqu’un saurait quel est le jeu à 7mn48 ?

  6. kylekylekyle dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Salaaaaauds!

    • Johan lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      Waaaaah la révélation de 4h32 : Lantier = L’entier !

      Le mec qui ne fait pas de compromis avec lui-même !

      Si on était sur Facebook, je dirais « Like si tu as compris, Commente si tu as aimé Twilight. »

  7. X_Flare dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Exellent!!! j’ai toujours trouver kickstarter et les autres trucs comme ça abusé!! j’ai jamais donner un centime et je donnerais jamais rien car quand tu voit des petits jeux qui demande 1 000 000 de dollars voirs plus et qui au final ne sont pas mieux que d’autre comme valdis story qui a necessité 75 000 euros et qui a la base en demander que 6 000 y a de l’abus ces gens la s’en mettent plein les poche en faisant la manche!!! c’est des mandiant en costard!!!

    • webshinra lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      Chronique intéressante.
      J’ai personnellement été traumatisé par le manque d’honnêteté de certains dont les kickstarter aboutissent.
      Typiquement, occulus avec le rift, qui repose sa conception sur deux campagne de financement participatif et qui sort sont engin avec un SDK propriétaire qui enferme le contributeur dans leurs conditions d’utilisation (et interdit donc de crée des logiciels libres qui utilisent le rift).

      Je trouve également qu’il y a un manque évident de morale quand on reçoit 300 000€ pour développer un jeu, et qu’on le sort autrement que sous une licence libre (≠ gratuit). Quand le public prend le risque de financé en amont un projet (confiance toussa), la prise de risque des développeurs est «nulle» au sens ou leurs salaires pendant la période de dev (et parfois même en aval) sont assurée*, dés lors, il est un peu douteux d’avoir le beurre et l’argent du beurre en prenant ce même public pour une vache a lait.

  8. Charlie YK dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Et bah ça tombe bien raccord avec ma note d’hier, SALAUDS !
    Très bon épisode ceci dit. Comme d’habitude.

  9. Xav dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Le sujet est intéressant et bien traité quand il s’agit de traiter les aspects positifs du financement participatif.

    J’ai bien aimé aussi la mise en avant des aspects négatifs du crowdfunding via la parodie et l’exemple de la Ouya. Ce mode de fonctionnement est quand même assez particulier et manque de transparence. Comment savoir réellement si l’argent sert à financer le jeu dans sa globalité ou à combler les caisses vides d’un projet quasiment terminé ? Quand je vois certains jeux qui tentent de se faire kickstarter, échouent, mais sortent quand même quelques mois plus tard, ça fait réfléchir… (Ex : Dark Matter, et sa fin catastrophique).

    J’attends aussi de voir si les grands éditeurs vont finir par se mettre au financement participatif eux aussi… Si Capcom veut financer un Résident Evil oldschool grâce à mes sous, je ne dis pas que je dirai oui, mais l’idée me parait intéressante en tout cas.

  10. Litmo dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Merci usulmaster! Vous êtes l’Albert Jacquard du jeu vidéo

  11. F3eV3rte dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Merci pour ce 3615, très intéressant, la politique du Kickstarter était un système que je ne connaissais pas bien et j’en sais maintenant un peu plus. Garder les éditeurs en dehors de ce système, tout en le faisant s’étendre, permettrait peut être la remise en question des éditeurs et développeurs au niveau des statuts précaires de ces derniers.
    Même si cela entraînerait forcément aussi les abus de la part de certains gourmands, comme on en trouve partout, je pense qu’il y a quelque chose à creuser e ce côté là pour les créateurs.
    En définitive que pensez-vous de ce modèle économique ?

    Bien vu la citation de Lénine, Lantier devrait être fier de toi Usul !

  12. Skoyatt dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Meilleure citation finale de tous les 3615 !

    • Cauz lundi - 02 / 12 / 2013 Répondre

      Normalement c’est plus « La confiance c’est bien, le contrôle c’est mieux », à voir si ca change le sens.

  13. Jorji Costava dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Comme la semaine dernière, la question de l’ambivalence oeuvre d’art / produit de consommation affleure. Le crowdfunding, c’est du financement ou c’est du mécénat?

  14. akaziel dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    il approche lentement mais inexorablement le temps où les éditeurs vont prendre les licences les plus apprécies en otage, menaçant de ne pas sortir la prochaine extension (voir jeu) si les joueurs n’en financent pas une partie.

    On verra bientôt des vidéos d’un lead designer tenant un discours proche de ceci : « Je pense que tout n’a pas été dit sur l’univers de [Insert game’s name here]. Mon équipe et moi même avons plein d’idées pour prolonger votre aventure, mais la division financière n’y croit pas. Nous avons, VOUS avez une chance de leur prouver qu’ils ont tort. Si nous parvenons à rassembler 300 000$, nous pourrons réaliser l’extension que tous les fans de [licence name] attendent. Nous prouverons que l’avis du joueur compte plus que ceux des actionnaires! Aidez nous à remporter cette victoire et rendons [game name] et de l’industrie du jeu vidéo encore meilleur. »

    Alors peut-être faut-il un encadrement du crowdfunding, plus de sécurité pour l’investisseur et des limitations sur qui peut poster des projets (tu peux produire le projet sans mettre en péril ta société? Pas de crowdfunding pour toi).

  15. Akimael dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Pas de petit encart dédié à l’ami Molyneux finançant Godus via un système similaire ?

    • VladTepes dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

      Godus c’est pas un système similaire mais directement Kickstarter à la base 😉
      Mais bon, comme d’habitude, ils ne peuvent pas tous les citer.

  16. Khena dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Je pense que le clin d’œil à Noob est assez explicite vu l’URL de la vidéo : Funglisoft étant la boite de production de Fabien Fournier le réalisateur de Noob.

  17. VladTepes dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Très bon 3615

    Par contre, rien sur les projets (au hasard double fine) qui malgré une levée de fond gigantesque finissent par ne pas tenir leurs objectifs suite aux dérives « créatives » et sont contraints de demander une rallonge…

  18. Mizuti dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Très bonne vidéo encore une fois. Vous auriez aussi pu faire une petite parenthèse sur Zerator ou sur Chips & Noi, qui ont pu réaliser de très beaux projets dans le domaine du jeu vidéo grâce au crowdfunding (remplir le Casino de Paris pour 10h de spectacle sur League of Legend, on aurait jamais pensé cela possible)

    • Shague lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      Chips & Noi ont rempli le casino de Paris toute une journée, invité 10 des meilleures équipes de l’époque, créé un site, sorti un cd, invité un orchestre, et bla, et bla ; Zerator a… streamé du Let’s play avec d’autres streamers, et ce après avoir atteint les 1000%. On enlève les 30 000 de cashprize, et Tales of the Lane, c’est un budget à peine deux fois plus conséquent. La caricature de ce 3615 s’applique très bien au cas de Zerator.

      Ça faisait un moment que j’avais pas bougé mon curseur au milieu de la vidéo dans l’espoir qu’il reste encore quelques heures d’émission. Merci.

  19. BaronVonChateau dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Big up l’allusion au dossier Fleur Pellerin et à son plafond crapuleux.

  20. Rondodu dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    J’aurais aimé que vous abordiez la question de Kickstarter employé comme outil de marketing viral, comme cela est évoqué à la septième minute de http://www.trictrac.tv/video-guillotine-games-de-l-interview par exemple.

  21. Ecervele dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Je vais troller mais le titre de la page est 3515 Usul… XD

  22. Grounge dimanche - 17 / 11 / 2013 Répondre

    Et c’est partit pour 3 semaines à fredonner la thème de Monkey Island…

  23. webshinra lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    Chronique intéressante.
    J’ai personnellement été traumatisé par le manque d’honnêteté de certains dont les kickstarter aboutissent.
    Typiquement, occulus avec le rift, qui repose sa conception sur deux campagne de financement participatif et qui sort sont engin avec un SDK propriétaire qui enferme le contributeur dans leurs conditions d’utilisation (et interdit donc de crée des logiciels libres qui utilisent le rift).

    Je trouve également qu’il y a un manque évident de morale quand on reçoit 300 000€ pour développer un jeu, et qu’on le sort autrement que sous une licence libre (≠ gratuit). Quand le public prend le risque de financé en amont un projet (confiance toussa), la prise de risque des développeurs est «nulle» au sens ou leurs salaires pendant la période de dev (et parfois même en aval) sont assurée*, dés lors, il est un peu douteux d’avoir le beurre et l’argent du beurre en prenant ce même public pour une vache a lait.

  24. KimAndGumi lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    Le crowdfunding, j’ai arrêté avec le kickstarter de Veronica Mars, et puis aussi que je suis au chômage maintenant. Ce qui m’intéressait, c’était le côté mécenat, genre pour des projets humanitaires, ou des projets originaux, dont je voyais que le seuil de réalisation n’était pas atteint.
    J’ai tellement entendu des associations humanitaires se plaindre de ne pas savoir quoi faire quand il recevait un trop plein d’argent lors de catastrophes que je fais pareil pour le crowdfunding. ça part en consumérisme à partir de là. ça me dégoute quand je vois que beaucoup considère le parallèle « je backe = je précommande » comme évident.

    Bref, de toutes façons, je suis rarement la cible vu que je joue sur des consoles Nintendo et que j’ai un windows phone.

  25. Acathla lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    Ce que vous ne dites pas dans la vidéo, c’est que le crowdfunding est une façade dont se servent les lobbies sionnistes pour financer les mossad et les guerres d’israel, ainsi qu’à mieux dominer le monde

    Alan Sorel
    equilibre-et-révisionisme.fr

    • F3eV3rte lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      Dieudonné par pitié sors de ce corps ! 🙁

  26. luc2 lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    d’habitude, je trouve que l’humour est de bonne qualite, mais la, j’ai carrement ri ! 🙂

  27. MeshKat lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    Le crowdfunding ça marche bien en politique aussi !
    Et hop ! 11 millions dans la poche ! (dont 2/3 exonérés via le contribuable !)

  28. ulskar lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    Très bon 3615 !

    J’aurai bien aimé voir un trailer complètement wtf avec tous les personnages du 3615 et clovis cornillac xD
    Vous n’avez peut-être pas eu assez de temps pour ça ^^’

  29. sterne lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

    la chronique est trés bonne et le tacle à noob est assez fun, appréciant leur travail ça m’as quand même bien fait marrer ^^ mais j’espère que le clin d’oeil n’est pas foncièrement méchant car la grosse différence avec noob, c’est qu’ils ont une masse de fan avec lesquels ils sont très proches.
    cette méthode de financement est en effet bien dangereux, on pourrait voir des éditeurs passer par ce systéme en disant « si nous donnez pas y’aura pas » alors qu’ils pourraient passer par le systéme classique.
    De mon avis personnel, à partir d’une certaine somme (100 euros par exemple) ce n’est plus du financement participatif, mais de la mini-production et dans ce cas tu as un retour sur investissement, c’est à dire que tu perçoit un pourcentage du chiffre d’affaire. Je me demande à quoi pense les gens qui y mettent autant d’argent.

    • Bruno lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      Va savoir ce que pense les gens qui donnent plus de 100€, quand tu vois que certains sont choqué par la proposition de plafond à 250€ de financement par particulier et 300 000 € par projet sans contrôle par un régulateur.

      Il faut qu’un projet fasse un vrai scandale pour que tout le monde se réveille, c’est le principe du rond point, ça n’arrive à la place d’un carrefour dangereux qu’à partir d’un quota d’accident mortel.

      • Baronvonchateau mardi - 19 / 11 / 2013 Répondre

        @Sterne/Bruno Pour avoir exceptionnellement raqué plus de 100 € pour Project Eternity, je peux vous apporter mon témoignage, vous le prendrez comme bon vous semble.

        Je kiffe Obsidian, ce sont des gars qui écrivent les jeux comme j’aime qu’ils soient écrit : avec intelligence, réflexion et respect du joueur. Ils ont pas mal de gens qui ont bossés sur des jeux pour lequel j’ai beaucoup d’affection : PS:T, Kotor II, MOTB, Fallout, Arcanum. Même si la gestion de leurs dévs est parfois à remettre en question, la régularité avec laquelle ils se font molester par certains (Bethesda, 84%, Metacritic, anyone?) me fait penser qu’ils dépendent trop des gros éditeurs. Qu’ils aient réussis à choper 4M USD par un kickstarter me fait bien plaisir, parce que ça implique qu’ils vont davantage faire « leur truc » plutôt que de répondre aux attentes moisies d’éditeurs DarkVadesques, qui changent les termes de leurs accords avec une régularité alarmante.

        Pour résumer : on est dans l’émotionnel et le pathos. Je paie parce que j’aime. J’ai pas forcément envie que le sceau de la rentabilité et du retour sur investissement soit marqué au fer rouge sur chacun des biftons que gagne.

        Faut aussi voir que le crowdfunding, c’est du mécénat, pas un investissement. Et, bon, je fais pas ça par pur philanthropie non plus, je risque fort d’avoir un produit de QUALITAY en retour.

        Maintenant, je parle d’Obsidian, qui présente des garanties, une équipe et un projet solide. Pour les projets plus humbles, moins fiables, j’ai un peu du mal à imaginer que des gens backent du pognon qui compromettraient leur ménage – autrement dit, le « danger » qu’ils courrent et la « protection » dont ils devraient bénéficier me laisse légèrement dubitatif (et c’est bien là dont il est prétendûment question dans le dossier de la mère Pellerin.) Je pense qu’une grande majorité de backers ont bien conscience des risques qu’ils prennent : il y a suffisament d’antécédents maintenant pour que les gens y réfléchissent à deux fois.

        Putain, protéger le consommateur ou le modèle de Crowdfunding lui-même en le régularisant, ça me fait un peu goberger, quand même : le but du Crowdfunding c’est justement de s’affranchir des canaux traditionnels, surpeuplés de ténias en tout genre.

        • Bruno mercredi - 20 / 11 / 2013 Répondre

          @Baronvonchateau Je ne suis pas certain que tout le monde soit au courant des risques qu’ils prennent ou qu’ils envisagent franchement la possibilité qu’ils puissent se produire. Il suffit de regarder les réactions à l’arrêt de la ZeratorTV, je ne dis pas que c’est une escroquerie mais visiblement certains backers ne devaient pas imaginer l’aventure si courte. Et l’argument tout le monde ne met pas +100€ et ceux qui le font peuvent le faire et en connaissance de cause, n’inclus pas dans le raisonnement ceux qui mettent 5€ ici et là parce qu’ils ne peuvent mettre plus et qui au final devront acheter les jeux à la sortie 30/60€ ou attendre qu’ils arrivent dans un bundle ou une violente promo. C’est limite le truc de demander de 5€ à 5000€ pour ratisser large, ça fait vraiment ONG qui frappent à ta porte avec une photo de chaton version carte postal si tu donnes 2€ et un gros posters pour 20€. Parce que si tu finances pas ce jeu, il n’existera pas ! Et si tu n’achètes pas cette image de chaton, dix enfants vont mourir !

          Le pire c’est surement Garriot qui a perdu toute crédibilité auprès des éditeurs depuis la taule monstrueuse qu’il a mangé avec Tabula Rasa ; Et là on ne peut pas dire que Ncsoft avait été radin ou fébrile face à l’innovation alors que, pendant que le jeu se cassait la gueule, lord british avait plus l’esprit dans son programme spatiale. Et qui revient après être redescendu sur terre ouvrir un Kickstarter pour refaire un autre rpg révolutionnaire. Mais la fanbase d’ultima qui semble zapper l’épisode Tabula Rasa raquent comme des gogols.

          Et je ne vois pas ce que le financement participatif révolutionne, c’est vieux le mutualisme, sauf que là tu as des intermédiaires biens malins qui ont eu l’idée de transformer les projets de chacun en cause humanitaire grâce à la crise et qui ramassent 10% du tout et font travailler les fonds déposés pendant la durée des campagnes. Alors franchement, oui il faudrait qu’un régulateur regarde ce qui s’y passe, c’est préférable. Observer un tel commerce pour s’assurer que chaque intervenant est honnête c’est pas un mal. Même si c’est un commerce sous forme de service et que personne ne semble vraiment s’en rendre compte. Que les mecs affichent des bilans ou des prévisions aussi histoire de comprendre pourquoi un Solitaire 2.0 mériterait un financement à 3000% avec des goodies pourris débloqués via des paliers.

          Il est loin le temps où l’on nous présentait MMC comme un système de microcrédit où le prêteur qui finançait un artiste à une certaine hauteur devait toucher sur les recettes. Maintenant c’est majoritairement du mécénat qui est présenté, on parle plus vraiment de crédit. Et si on est généreux, on a une tape dans le dos, c’est chouette !

          • Baronvonchateau mercredi - 20 / 11 / 2013

            @Bruno Ouais, je dois dire que je suis d’accord sur pas mal de points. Il y a de l’abus, et un questionnement nécessaire qui doit accompagner chaque projet. Par contre, je suis pas sûr que la réponse prévue par le dossier Pellerin soit la plus pertinente.

            Déjà, je vois bien des projets à l’apport discutable, comme la OUYA, parfaitement réussir à répondre aux demandes du régulateur et néanmoins sortir le produit qu’on connaît aujourd’hui, tandis que des projets certes plus humbles mais créatifs se heurteraient à des contrôles qu’ils n’ont pas forcément les moyens d’appréhender. Je pourrais développer là-dessus, en disant que comme d’habitude ce sont ceux qui ont les moy€n$ de se faire conseiller à la base qui pourront toucher le jackpot de plus de 300 K €, payer un peu de PR/Marketouze au passage, mais ce serait de la pure spéculation. Ou pas.

            Il y a des réponses bien plus mesurées et adaptées et aux problèmes du Crowdfunding, comme la vidéo ci-dessus, par exemple. Internet a un fort potentiel d’entre-éducation.

            Point négligeable, mais j’ai un peu WTF sur ton exemple des backers à 5 € : de toute façon, ils n’attendent rien de bien concret du projet. Les backings à 5 € sont quasi-uniformément récompensés par des useless « remerciementscoeurcoeuronvouslove. » Ca tient plus du geste d’affection qu’autre chose.

    • Tama lundi - 18 / 11 / 2013 Répondre

      En fait, les éditeurs ont déjà commencé à prendre des licences en otage, via le dématérialisé notamment.
      Il y a quelques temps, Vampire Savior 2 & 3 ressortaient sur le PSN (SEN ?) et Xbox Live, et étaient une sorte de sonde (anale ? vu le prix et la conversion…) pour Capcom afin de savoir si ça valait le coup de ressortir un tout nouvel épisode. L’opération s’est avérée être un échec puisque cette compil s’est très mal vendue, et l’éditeur a annoncé qu’il n’y aurait pas de Vampire Savior puisque les joueurs ne semblent pas intéressés.

      On pourrait aussi parler du cas Beyond Good & Evil, dont le deuxième épisode traîne toujours dans les limbes malgré la tentative de ressortir l’épisode 1 en HacheDé…

      Donc inutile de donner une nouvelle arme aux éditeurs pour prendre les joueurs en otage, la situation est déjà assez alarmante comme ça.

  30. Loliz jeudi - 21 / 11 / 2013 Répondre

    mais tu cites Lénine maintenant?
    épouse-moi!

  31. yohseno jeudi - 21 / 11 / 2013 Répondre

    3615 usul a été bloké sur youtube O.O WTF they killed usul! you bastards!!

  32. Iksof dimanche - 24 / 11 / 2013 Répondre

    Aujourd’hui dimanche, et à 20h Crowdfunding sur le poste de télé sur une autre façons de voir le même sujet. Et très drôles après avoir vu se 3615. En revanche il cite pas Lenine

  33. truelle lundi - 25 / 11 / 2013 Répondre

    Quelle erreur!

    Il y a deux idées importantes qui n’ont pas été abordée :

    – Les véritables fonctions des Éditeurs

    -L’investissement total des employés, provoqué par les méthodes de financement traditionels. (crowdfunding atteint = « on est peinard pour cette fois ». Ce n’est pas le cas avec un salaire mensuel.)

    Ces deux idées ont été prise dans un podcast sur le même sujet, mais concernant le jdr papier.

    (et pardon pour le troll de 1ère ligne ^^)

  34. Asitio mardi - 26 / 11 / 2013 Répondre

    Bon, avec tous les sous-entendus que vous nous faîtes depuis deux vidéos (si ils comprennent pas c’est qu’ils sont nuls), quand est-ce qu’on va y avoir droit, à votre projet critique sur le jeu vidéo ? Et qu’est-ce donc que ce sera donc ? Un jeu ? Un nouvel espace de critique plus orienté esthétique/artistique ?
    Bisous en tout cas, et encore bravo pour votre travail tout plein de PASSION.

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)