NesBlog
Introduction au Speedrun

Introduction au Speedrun

Flattr this

Vidéo de présentation de la pratique du speedrun.
Son histoire, sa communauté, ses catégories, son rapport avec les développeurs, ses évènements.
Vous aurez quelques clés pour comprendre et apprécier cette pratique.

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (35)

  1. Eric vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Je suis en train de regarder la vidéo. Sans doute un bon complément aux vidéos antérieures sur le T.A.S. en français et en anglais ! Ce serait une bonne idée de poster les liens !

  2. xUMi vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Merci pour la vidéo, c’est un bon récap.

    Juste une note à propos de la tagline « Why is it awesome! » : elle utilise la forme interrogative (verbe + sujet) alors qu’il s’agit d’une exclamation.
    il faut choisir entre « Why is it awesome? » et « Why it is awesome! ».

  3. Vayarda vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Salut,

    Juste une petite remarque à propos des collaborations avec les développeurs et les éditeurs : Capcom commence à faire bouger les choses et il y a eu, en septembre, une collaboration avec l’association SpeedThemAll pour une soirée Resident Evil. En espérant que cela laisse présager d’autres actions de ce type par les autres éditeurs. Pour ceux qui seraient intéressés, voici le lien avec les informations : http://speedthemall.com/2015/09/02/soiree-resident-evil-0-avec-capcom-france-et-gaming-live/

  4. Megapoubelman vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Je ne suis pas un grand fan du personnage, mais je pense qu’il aurait été plus correct de créditer MonsieurMv pour le restream des AGDQ/SGDQ. Certes c’est toute la communauté qui s’est mobilisée à chaque fois, mais il me semble qu’il a quand même souvent pas mal donné de sa personne.

    Merci pour cette vidéo.

    • Bob vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

      Il est franchement insupportable oui 😀

      • BluesO_0 samedi - 24 / 10 / 2015 Répondre

        Messieurs,

        Respetez MV franchement c’est le seul à se casser la tête pour restream et hyper la communauté FR avec les marathons GDQ ! Vous aimez pas, ok mais respectez le et apprenez à le connaitre car s’il y a bien un streamer avec une ethique et des couilles c’est bien lui !

        Cordialement 🙂

      • BrookMan dimanche - 25 / 10 / 2015 Répondre

        C’est probablement le streameur le plus marrant en divertissant en France, mais bon…

  5. tuxlu vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    très intéressante vidéo, même si je savais déjà 90% de ce qui a été dit!
    mais c’est une vidéo parfaite pour faire découvrir l’univers du speedrun à un néophyte.

    Par contre, pour le rapprochement entre les speedrunners et l’industrie du jeu,
    je suppose que les éditeurs, dans leurs tournois, ne feront que des catégories « glitchless »,
    car voire des gens totalement péter un jeu dans un festival de bugs, ça fait une mauvaise publicité!

  6. Nassim vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    « Why it is awesome » ça aurait été mieux que « why is it », vu que c’est pas une question.

    Chouette vidéo sinon, mais ça me piquait les yeux.

    • Fabien samedi - 24 / 10 / 2015 Répondre

      La même !

  7. jeanvaljean vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Salut,
    De souvenir, c’est la première fois que je poste ici et ça ne sera pour y écrire quelque chose de très constructif mais le logo de l’Ultime Décathlon fais quand même furieusement penser à celui des Ducky Boys.
    Voilà, je ne sais pas si c’est un hommage, une simple inspiration de graphiste ou un pur hasard mais je voulais le dire. C’est chose faite.
    Bonne vidéo en tout cas, chouette de voir que vous vous attelez aussi à ce travail d’archiviste.
    Continuez, un bravo et des bisous

  8. graham vendredi - 23 / 10 / 2015 Répondre

    Ultidecathon 😀

  9. lol_lee_lol samedi - 24 / 10 / 2015 Répondre

    Je n’ai pas été sur TASVideos depuis quelques jours alors j’étais certain à la fin que le nouveau TAS de SM64 sans BitDW était sorti. Il va sans dire que j’ai été un peu déçu, mais sinon superbe vidéo. J’en profite pour ajouter que lorsque le vidéo sera disponible, un petit hors série avec CdV et RealMyop serait vraiment apprécié.

  10. LLenain samedi - 24 / 10 / 2015 Répondre

    Rah la musique de faster than light, parfaite avec le message de RM 🙂

  11. Fabien samedi - 24 / 10 / 2015 Répondre

    Un petit truc qui me chauffe dernièrement dans Speedgame :
    NON, quand on ne speedrunne pas un jeu, on ne joue pas « casu » ! On a quand même pu vous entendre parler de « jouer casu à Dark Souls » dans votre Ultime Decathlon, un concept qui m’échappe un peu beaucoup…

    Bref, un peu de subtilité messieurs. Il y a une vie entre le casu et le hardcore gaming !

    • Rasorwind dimanche - 25 / 10 / 2015 Répondre

      Lol, le « hardcore gaming »… ce concept de jeune pré-pubère qui essaie de donner du sens et de l’importance à une « classe » imaginaire de joueurs. On est tous « casu » à côté des speedrunners, à côté de leur dédication, de leur mental en acier (parfois faire 8h de jeu quasi non stop pour parfaire un morceau de 5 min d’un jeu, j’appelle ça du « hardcore gaming »), et de leur patience (qualité qui manque énormément à ces « hardcore gamers »…)

      Sinon pas encore regardé la vidéo, j’y plonge !

    • huttfactory dimanche - 25 / 10 / 2015 Répondre

      +1 mec

    • Twyn lundi - 26 / 10 / 2015 Répondre

      C’est une question de contexte, dans le cadre d’un speedrun, on dit « casu » juste pour préciser qu’il s’agit de la pratique « normale ». Mais dire « quand on joue normalement au jeu » cela semble bizarre pour les speedrunners qui speedrunnent naturellement le jeu. Un runner de dark souls ne peut plus jouer « normalement » au jeu. Du coup le terme « casu » s’est répandu dans le vocabulaire sans etre péjoratif. Si tu trouves un terme adapté qui ne froisse ni les uns, ni les autres, je pense que toute la communauté l’utiliserait. Il faut rappeler que casu vient de Casual qui signifie « décontracté ». Donc les speedrunners sont des gens tendus et les autres se détendent en jouant au jeu 🙂 es-t-on si loin de la réalité ?

      • Hydro Bob-omb lundi - 26 / 10 / 2015 Répondre

        Le problème c’est qu’il y a un glissement d’un terme dont l’origine n’est franchement pas bienveillante.
        « casual » ça a été en majeure partie, à la base, utilisé par les joueurs expérimentés pour dénigrer les joueurs occasionnels, qui jouent à des party game, ce genre de chose. Le terme a explosé lors des débuts de la Wii, la réaction contre le succès de cette console fut un concentré d’élitisme et de snobisme dégueulasse, et le mot « casual » était en première ligne. La signification en tant que « décontracté » n’a pas grand-chose avoir là-dedans, pas dans le jeu vidéo en tout cas.
        Autrement dit, ce sont les gens qui avaient une pratique qu’on estimait comme « normale », à l’époque, du jeu vidéo, qui ont qualifiés de « casu » ceux qui avaient une pratique en-dessous de la normale. Le glissement se situe là, le terme était en opposition de la manière classique de jouer, et maintenant on cherche à l’utiliser pour désigner la manière classique.
        Les speedrunners n’ont repris le terme que bien après. Quand on regarde les vidéos de RM et CDV il y a quelques années, ils disaient bien « jouer normalement » pour les non-speedrunners, alors que le terme « casual » était déjà très répandu, dans sa première utilisation qui elle, était plutôt péjorative, dans le jeu vidéo.

        Bref, il n’est pas rare que les speedrunners se justifient en disant « non mais c’est pas péjoratif », bah faut pas oublier d’où ça vient quoi, s’il y a quelque chose qu’il faut rappeler c’est plutôt ça. Quand un mot est pourri, le mieux pour éviter tout malentendu c’est de ne pas l’utiliser. Enfin moi je ne voyais aucun problème à ce que RM et CDV parlaient à l’époque de « jouer normalement » par opposition au speedrun, y avait aucun malentendu et ça paraissait bizarre pour personne, après faut que les runners assument que leur pratique n’est pas normale, qu’elle est très spécifique.
        Les runners sont une sorte d’élite du jeu vidéo aujourd’hui, et les voir reprendre un terme marqué par l’élitisme, on peut comprendre pourquoi on peut trouver ça très limite…

        Outre la question de l’utilisation première du terme, il est de toutes façons réducteur. Il n’y a pas les speedrunners d’un côté et les joueurs normaux ou « casu » de l’autre. Où est-ce qu’on classe un complétionniste là-dedans? Ou même un chasseur de trophées? Ils sont ni dans l’un, ni dans l’autre. Ils ne jouent pas comme des runners, mais ils sont pas des joueurs passifs ou occasionnels pour autant. Donc quand on dit « quand on joue en casu » par opposition au speedrun, ça binarise à mort.

        • Zigouigoui lundi - 26 / 10 / 2015 Répondre

          Faudrait juste arrêter de se sentir agresser à chaque fois que quelqu’un dit le mot « casu ». Parce que dans 90% des cas, personne ne cherche à vous insulter.

          @ Fabien : Si je décide d’installer ma version de Dark Souls pour y jouer au moins une fois, que je fait le jeu tranquillement sans chercher à optimiser mon équipement et mon personnage le tout sans le finir, j’aurais complétement jouer à Dark souls en casu. Que le concept t’échappe c’est une chose, mais le concept existe malgré tout.

          @ Hydro : C’est vrai que passer de casu à superplayer ça binarise bien comme il faut. Mais c’est pas complétement faut non plus.
          Je connais pas trop de milieu entre les joueurs qui prennent le jeu pour y jouer, sans chercher à faire d’optimisation dessus, juste pour ce détendre, parfois sans même chercher à aller jusqu’à la fin. Et ceux qui cherche à optimiser leur partie, que se soit pour finir le jeu super vite, avoir le score le plus haut jamais vue ou tout l’équipement disponible dans le jeu. Même une personne qui cherche juste a faire les trophées de tout c’est jeux va devoir s’investir dans ces jeux et vite s’approcher du superplay.

          Il serais peut être mieux de parler de jeu « non optimisé » ou de « quand on découvre le jeu ». Pour éviter la connotation de « casu ». mais le fond resterai le même et serais toujours aussi binaire.

          • Hydro Bob-omb lundi - 26 / 10 / 2015

            « Parce que dans 90% des cas, personne ne cherche à vous insulter. »

            Ca j’en suis pas convaincu, puisque l’utilisation majoritaire (du moins j’estime qu’elle l’était, de ce que j’ai vu) il y a quelques années, de la part des joueurs, consistait bien en une insulte.
            Et même si je parle d’il y a quelques années, je suis pas sûr que ce soit complètement renversé, enfin ça arrive encore assez fréquemment pour dénigrer les personnes jouant à, mettons, Candy Crush Saga ou tout autre jeu occasionnel.
            90%, c’est peut-être vrai dans le milieu du speedrun, mais ailleurs… donc la question se pose si le milieu du speedrun utilise le même mot.

            Je suis pas d’accord non plus sur la binarité. Je pense quand même qu’il y a une nuance entre le joueur réellement occasionnel et celui qui joue « normalement ».
            Moi si je devais proposer un mot, ce serait le jeu « conventionnel », voire « jouer conventionnellement » même si c’est pas très joli. Ca me semble moins binaire dans la mesure où, même si c’est un jeu « conventionnel », il y a plusieurs possibilités. Par exemple, un complétionniste joue le plus souvent de manière conventionnelle: tout ce qui est 100%, collectables fait partie du jeu pensé par les développeurs, et il ne cherche pas forcément des techniques avancées pour y arriver. Un complétionniste n’est donc pas un « casu », mais il peut être conventionnel.
            Juste une proposition. « conventionnel » me semble plus inclusif que « casu », ça peut englober plusieurs pratiques différentes, alors que « casu » est exclusif: il décrit la pratique occasionnelle et rien d’autre.

            D’ailleurs, il y a aussi la question de l’activité en tant que joueur. Y a des gens qui jouent à leurs jeux de manière « passive »; juste arriver à la fin, voire même pas, mais qui jouent à beaucoup de jeux différents et de manière plus ou moins intensive. Sont-ils des « casu »?

          • Fabien mardi - 27 / 10 / 2015

            Zigouigoui : Je m’en fous complètement qu’on insulte ou pas ma pratique, je demande juste un peu de subtilité dans les termes.

            « Casual » décrit une pratique de jeu occasionnelle, où l’on joue pour s’aérer la tête entre deux autres activités, sans y consacrer beaucoup de temps, sans s’impliquer beaucoup dans le jeu. Un jeu comme Dark Souls, tu ne peux pas y jouer « casu », c’est impossible. Tu ne t’en rends peut-être pas compte parce que tu es un gros joueur, mais les règles et le gameplay sont très compliqués et rigoureux, franchir le premier « boss » demande une technicité et une expérience dont la majorité des joueurs que je connais sont incapables sans s’y plonger sérieusement.

            Et le fait est que quand CdV ou d’autres parlent de « casu », 90% du temps ils ne s’incluent pas dedans, donc ce n’est peut-être pas si péjoratif mais ça l’est suffisamment pour ne pas avoir envie de s’y classer soi-même 😉

    • Twyn mardi - 27 / 10 / 2015 Répondre

      Honnetement quand je dis « casu » c’est vraiment pas péjoratif ni rien. Je dis de moi meme que je joue de facon casu quand je speedrun pas. Mais c’est toujours lier au speedrun. Quand je joue a candy crush, je joue en casu, mais pas quand je le speedrun. Bref, j’entend ce que vous dites et j’essayerai d’élargir mon vocabulaire (et celui des autres speedrunners) 🙂

      • Zigouigoui mardi - 27 / 10 / 2015 Répondre

        « Sont-ils des « casu »? »
        Bien sur que non. Personne n’est « un casu ». Le terme casu on ne l’emploie pas pour définir un joueur, un jeu ou le rapport d’un joueur au jeu vidéo, mais d’un joueur à un jeu vidéo. On peut très bien joué à un jeu de manière occasionnel et a un autre de manière intensive.
        On peut jouer 2h à Dark Souls chez un copain sans jamais y retoucher et la pratique de Dark Souls aura était une pratique occasionnel, et jouer 4h par jour à candy crush tient du superplay.
        Je suis bien d’accord que sur un forum JV.C quand quelqu’un post : « Ce jeu c’est pour les casus » on est sur de l’insulte. Mais c’est une utilisation tellement stupide du terme qu’il ne sert à rien de la relever.

        « Et le fait est que quand CdV ou d’autres parlent de « casu », 90% du temps ils ne s’incluent pas dedans, donc ce n’est peut-être pas si péjoratif mais ça l’est suffisamment pour ne pas avoir envie de s’y classer soi-même 😉 »
        J’ai l’impression que justement, quand il évoque un passage qui prend 10 minutes en speedrun et 4h en casus, le 4h en casu fait référence au temps qu’ils ont mit à faire le passage, pendant leur stream, qui était ,selon eux, du jeu casu.

        Le problème quand on parle de pratique normal, c’est qu’on se retrouve avec une pratique, par opposition, hors norme, voir anormal. Pareille avec conventionnel. Ce qui est (je trouve) plus connoté négativement que le terme casu. Sans compté la difficulté de définir une norme.
        Il y a beaucoup de jeu ou on pense qu’une pratique conventionel serais de jouer tranquillement sans pression, sans chercher a maxer le score ou aller super vite, du « casu » pour faire simple. Mais si on regarde les métroïde (pour reprendre l’exemple de RM) on se retrouve avec des développeur qui invite à aller vite pour avoir la meilleur fin, dans Dong King Kong le but du jeu et d’avoir le score le plus élevé possible, DeadCore nous fait jouer avec un chronomètre et nous invite à aller le plus vite possible, le superplay semble être la façon normal de jouer au jeu.
        Pourquoi pas changé de terme, mais il faudrait pas en prendre un avec au moins autant de biais que le premier.

        • Hydro Bob-omb mardi - 27 / 10 / 2015 Répondre

          « Bien sur que non. Personne n’est « un casu ». Le terme casu on ne l’emploie pas pour définir un joueur, un jeu ou le rapport d’un joueur au jeu vidéo, mais d’un joueur à un jeu vidéo. On peut très bien joué à un jeu de manière occasionnel et a un autre de manière intensive. »

          Heu pourtant c’est ce qu’on peut voir communément, en dehors de la sphère du speedrun.
          Entre les joueurs mobiles qualifiés de « casuals », les gens qui décrient l’évolution d’une série comme « casualisée », etc…

          Après tu dis que « c’est une utilisation stupide qu’il ne faut pas relever », mais elle est très conséquente, quantitativement, donc on peut pas faire comme si ce sens du mot n’existait pas. Et puis, surtout, c’est l’utilisation qui a propagée le mot dans le vocabulaire…
          La pratique du speedrun est objectivement hors-norme, dans le cadre du contexte actuel, donc va falloir faire avec ça. En revanche, la pratique normale ne se limite pas au jeu type « casu ». Le fond du problème est là.
          Le terme « conventionnel » me venait surtout parce que les superplayers utilisent souvent des techniques avancées, qui sont minoritaires, voire non prévues par les développeurs, c’est en ce sens que, pour moi, ils sortent du jeu conventionnel. Finir un Metroid dans le temps proposé, on peut le faire de manière conventionnelle, mais aussi de manière émergente. En fait, le fond de la chose, c’est peut-être de trouver un antonyme à « émergent ».
          C’est pour ça que je pense pas que ça soi aussi biaisé ou réducteur que « casu ». Enfin moi, ça me dérange qu’on me dise que je joue de manière conventionnelle à un jeu parce que je superplay pas, mais qu’on me dire que je joue en casu, j’avoue que ça me titille un peu. Je suis du genre complétionniste, donc ça me semble pas très juste d’être défini avec le même terme que pour une personne réellement occasionnelle.

          • Hydro Bob-omb jeudi - 29 / 10 / 2015

            Et, juste une addition d’actualité: Nintendo vient d’annoncer leur première application mobile, qui est un « social game » et non pas l’adaptation d’une licence phare. Quelle est la réaction (dans le contexte francophone du moins) que je vois en grande partie? On espère que leurs « merdes casuals » seront cantonnées au mobile et que les « vrais jeux » seront sur console. Alors que, objectivement, il n’y a rien de mauvais à ce que des jeux types Tomodachi Life cohabitent avec des jeux dits « gamers » sur la même console.
            Si ça, c’est pas une connotation péjorative…

  12. Zigouigoui dimanche - 25 / 10 / 2015 Répondre

    Je fait un petite pause pour préciser qu’il y a des forums sur Speedrun.com, ils sont peut utilisé mais ils sont bien là!

  13. zazou dimanche - 25 / 10 / 2015 Répondre

    Je comprends pas pourquoi il y a un TAS à la fin alors qu’on nous parle pendant trente minutes de speedrun. M’enfin…

  14. AurelFB lundi - 26 / 10 / 2015 Répondre

    L’idée est excellente mais la vidéo a finalement le cul entre deux chaises au niveau du public visé.

    Au début RM annonce faire une vidéo pour expliquer le speedrun à un néophyte (genre ma mère), et ce n’est pas du tout ce qui suit. En effet, le nombre de termes techniques inexpliqués est beaucoup trop grand, et RM semble avant tout s’adresser à un public de gamers. Si ma mère regardait cette vidéo, elle comprendrait surtout que le speedrun c’est aller vite en utilisant un maximum de jargon anglophone qui lui échappe. Dommage.

    Pour l’appel du pied aux éditeurs (le véritable propos de cette vidéo), il est du coup amoindri par le fait que l’intention n’est pas annoncée en tant que telle. Si la vidéo s’appelait « Speedrunners et éditeurs : un partenariat ? » ou je sais pas quoi du même genre, elle aurait le mérite d’accrocher potentiellement la curiosité d’un éditeur ou d’un dev. Sauf que du coup, la partie « tutorial » et explicative du début perdrait beaucoup de sa raison d’être… et les trop nombreuses fautes d’orthographes mettent un coup à la crédibilité d’une vidéo destinée à un public « corporate » de décideurs financiers.

    Donc voilà. C’est pas pour être négatif hein, je pense que l’intention est très bonne et perso ça m’a permis d’apprendre plein de trucs. Sauf que même si ça me fait plaisir qu’on s’adresse à moi pour augmenter ma culture, au final je ne suis pas la personne à qui la vidéo aurait dû s’adresser. Je suis déjà convaincu.

    • doudoudou lundi - 26 / 10 / 2015 Répondre

      +1

      • McFingers samedi - 31 / 10 / 2015 Répondre

        Cette vidéo est de qualité mais je partage l’avis qu’on est un peu le cul entre deux chaises.

        Autre point : quant à parler de catégories j’aurais également évoqué explicitement la différence entre :
        – single segment : faire au plus vite en une seule prise, avec une prise de risque raisonnée
        – multi-segment : aller au maximum de ce que les possibilité humaines permettent de faire, avec prise de risque maximale
        – TAS : aller au maximum des possibilités offertes par le jeu, avec l’assistance de la machine.
        J’imagine que cette distinction ferait une chouette introduction pour une vidéo sur le TAS. 🙂

        Concernant l’intégration du concept par l’industrie, je ne me fais pas trop de soucis. Tous ces superplayers génèrent du trafic, font parler des jeux qu’ils speedrunnent.
        A horizon de cinq ans, je vois mal comment un gros éditeur pourrait passer à côté et ne pas faciliter la pratique (via des modes de jeux adéquats, faciles à paramétrer) et/ou carrément sponsoriser des top players.

  15. realmyop vendredi - 30 / 10 / 2015 Répondre

    J’ai bien noté toutes vos remarques, merci pour tous ces retours constructifs !
    Donc correction du sous-titre, faire surement plutôt 2 épisodes, 1 vraiment simplifié pour les mamans, et une autre orientée développeurs. Et bien sûr j’en ferai aussi une sur le TAS 🙂
    Pas facile de résumer en quelques phrases cette pratique, mais avec du trial and error on va s’en sortir ! Le but finale serait une formule genre TEDx pour mieux faire comprendre/connaitre notre pratique/passion !

  16. Planchet 2.0 lundi - 02 / 11 / 2015 Répondre

    J’ai l’impression que ma plainte à été ente.ndu sur la dernière vidéo de realM ^^.

    C’est cool d’enfin avoir une vidéo explicative pour gamers qui connaissent pas ou peu.

  17. MrXRE2 lundi - 31 / 10 / 2016 Répondre

    Faut arreter de dire qu’il y a que Mv ou Gaming Live etc qui offrent du bon divertissement speedrun. J’ai découvert l’asso Speed Them All et malgré leur petite notoriété / communauté, ils se cassent leur cul à organiser des marathons et à se déplacer en France alors que MV qui a le public et les moyens techniques se contente de la solution de facilité en faisant un restream des GDQ avec 90% de commentaires foireux. Vous voulez un GDQ fr ? Soutenez ces groupes comme Speed Them All, la boulangerie etc qui se bougent vraiment !

  18. Fantasix jeudi - 20 / 04 / 2017 Répondre

    comment ils font les streamers pour gérer leur chrono en même temps d’être dans le jeux comme (Portal) par exemple

    (est ce qu’il prenne un deuxième pc,ou comment il font)?

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)