NesBlog
<!--:fr-->Kick retourné au Temple du Mal Elémentaire<!--:-->

Kick retourné au Temple du Mal Elémentaire

Flattr this

 kick retourné

 

« Bienvenue dans le Temple du Mal Elémentaire : A Greyhawk Adventure, ou TdME en abrégé. Le TdME est le premier scénario situé dans Greyhawk, qui est le premier cadre de campagne de DUNGEONS & DRAGONS créé par Gary Gygax. Ce qui a commencé en 1975 comme un petit supplément détaillant les terres d’Oerth est devenu le cœur de la dernière génération des règles de Dungeons & Dragons.[…] TdME est aussi le premier jeu de l’histoire à utiliser la nouvelle version 3.5 des règles.[…] Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à jouer à ce jeu que nous avons eu de plaisir à le faire pour vous. »
L’équipe de Troika Games.

 

Avec ce temps de chiotte qui a accablé notre fière capitale et pourri notre mois de juin, me revient en mémoire l’atmosphère putride et marécageuse de la région de Greyhawk ; le même air poisseux, quasi-tangible enveloppant Hommlet, la même odeur fade de pierre mouillée, et le même ciel de plomb vomissant une pluie épaisse et chaude, comme si les dieux vous crachaient dessus….

Hommlet, quel nom débile ; et pourtant…Les saisons m’ont survolé mais je tressaille encore lorsqu’on évoque le nom de ce village maudit des Royaumes oubliés ; un patelin dont les habitants auraient fait passer ceux du village de Délivrance pour des GO du club Med ; les baraques à clodos qui parsemaient le bourg, autoproclamées auberges, tentaient de maintenir une vie économique larvaire et la végétation décrépite achevait de vous mettre le moral à zéro…

Il faut préciser que le hameau avait une histoire. Il y a des siècles ce fut un village prospère, situé sur un carrefour de convois marchands, vivant grassement de l’agriculture et de l’élevage. Mais la dégénérescence fut rapide et le hameau paisible devint un cloaque, repère de truands et de gobelins dévastant la région. Pour parachever le tout un prêtre perverti décida que le coin était idéal pour construire un monument dédié à un culte démoniaque avec un nom qui pète : le Temple du Mal Elémentaire ; l’anarchie devint tyrannie, gagna les régions environnantes, jusqu’à ce que les royaumes voisins s’unissent enfin pour décider que le changement c’était maintenant, et mirent une branlée bien méritée à tout ce petit monde, et Hommlet (m’y ferai jamais) devint le Waterloo des alignements chaotiques mauvais.

Pour ceux qui ont survécu à la raclée, on devient vite revanchard et après une période d’embellie, la région était de nouveau agitée. Depuis quelques temps tout partait de nouveau en brioche dans le coin, et une aura funeste semblait entourer Hommlet sur plusieurs lieues à la ronde. Recrudescences des attaques de goules, prolifération de gobelins, disparitions fréquentes des villageois et réapparitions en plusieurs morceaux, lavabos bouchés, épidémies de maladies qu’on croyait éradiquées, bref, tous les signes avant-coureurs d’une nouvelle ère de terreur.

Dans ces évènements épars, un fil rouge apparaissait et laissait deviner les linéaments d’un projet plus grand, les prémisses d’un complot à grande échelle. Tout sembler mener de nouveau à ce fameux temple…Une construction cyclopéenne sortie de nulle part, cauchemar érigé au milieu de la forêt majestueuse, pustule sur le visage de Gaïa, chaos au sein de l’harmonie…Déserté depuis la guerre qui ensanglanta la région, un culte des plus étrange semblait y renaître, la rumeur parlait de sacrifices humains et les zinzins encapuchonnés qui s’y rendaient auraient foutu les jetons à Drizzt lui-même.

Ma mémoire se voile et le vertige de l’abîme me saisit lorsque j’exhume ces lugubres souvenirs mais je dois continuer, pour ceux tombés au champ d’honneur, pour que mon récit serve d’avertissement aux futures générations d’aventuriers, pour mon pays, pour le Nesblog.

Lors de mon arrivée à Hommlet, j’étais loin de m’imaginer à quels abominations j’allais me retrouver confronté ; on sait ce que c’est, on commence par aider les pégus du coin à se débarasser d’une bande d’orcs et on finit par se retrouver sur un autre plan astral à se maraver avec des démons ayant 10 niveaux de plus que soi…

Après avoir recruté mes camarades parmi un large panel de races, de classes et d’alignements, il me vint rapidement l’occasion de me confronter à l’essentiel de ce que représentait ce séjour à Greyhawk (Bastonland pour les intimes) : les combats.

Et quels combats…De ma vie d’aventurier ayant sillonné la Côte des Epée, traversé la Porte de Baldur, exploré Sigil en Outreterre et survécu à Necropolis je n’avais jamais vécu une telle richesse tactique ; actions de mouvement, simples, complexes, feintes, attaques d’opportunité, attaques en finesse, attaques éclair, coups de grâce, charges, magie profane ou divine, combats à mains nues, retraite, plongeons et crocs-en-jambe, etc… nos combats glorieux avaient l’apparence d’un pugilat mais la saveur d’une partie d’échecs.

Déjà sérieusement avertis par nos quêtes aux alentours d’Hommlet, nous savions que la plus grande difficulté et la plus grande partie de l’aventure nous attendait à l’intérieur du Temple, et plus nous descendions dans les profondeurs ténébreuses cette cathédrale du Mal, plus les combats devenaient acharnés ; la relative brièveté de notre séjour à Greyhawk ne nous ayant jamais permis d’accumuler suffisamment d’expérience et les équipements magiques étant très rares, chaque affrontement se vivait comme le dernier.

Mais plus encore que les horreurs défiant la raison enfouies sous nos pieds, que l’indescriptible enchevêtrement de vies rampantes et chaotiques, que les entités cyclopéennes enfouies dans ce nid à merde, ce qui me glace le sang encore aujourd’hui, douillettement vautré sur mon canapé, ce qui me replonge dans ce cauchemar que je croyais enfoui…ce furent les bugs.

Du facétieux retour bureau, à l’inexorable bug de pillage, en passant par les bugs d’xp et les innombrables bugs de quêtes, les bugs se déploient pendant toute l’aventure et errent tels des spectres flottant sur toute la trame du jeu. Plus vicelards qu’un élémentaire, plus inexpugnables qu’un plan démonique entier, ils peuvent faire perdre la raison au plus impavide des aventuriers.

Mais je crois que je dois achever mon récit, car me revient le souvenir atroce d’un gel de l’écran au sortir d’un combat homérique de ¾ d’heure avec 7 critiques réussis, traumatisme qui me laissa livide et hagard, aspirant les effluves d’une indicible apocalypse. J’en ai trop dit ; à trop évoquer ces réminiscences du passé, mes vieilles blessures se rouvrent, et je sens mes forces déclinantes me quitter et mon âme pénétrée par les ténèbres.

Adieu mes amis, l’immensité du sépulcre m’appelle…Soyez dignes du Nesblog et qu’Ehlonna, Pelor et Cœur de Vandale vous protège (Et n’oubliez pas de sauvegarder régulièrement).

 

Publié par Oncle Gabi.

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (5)

  1. Anvie Lundi - 02 / 07 / 2012 Répondre

    Jolie image + t’as bien raison les lavabos bouchés annoncent les périodes de trouble … :p

    • boitajambon Mercredi - 04 / 07 / 2012 Répondre

      Petite correction : Jolie image + t’as bien raison les lavabos bouchés annoncent les périodes d’eau trouble … :p

  2. Vanek Lundi - 02 / 07 / 2012 Répondre

    Comme toujours une superbe chronique sur un jeu tout aussi superbe.
    Plus que les bugs c’est la difficulté du titre qui m’a vraiment fait ragé. Mourir sur la fin d’un combat qui a pris près d’une heure, c’est pas très bon pour la santé mentale.

  3. Oxÿd Jeudi - 05 / 07 / 2012 Répondre

    …et quelle illustration ! Il faut le dire !

  4. Oncle Gabi Vendredi - 06 / 07 / 2012 Répondre

    Merci à vous…@+

Ajouter un commentaire


cinq + = 12

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)