NesBlog

La Trilogie Marathon – Marathon 2: Durandal

Flattr this

Et nous revoici pour continuer la Trilogie Marathon, avec le second opus, qui est également celui que vous pouvez essayer sur votre Xbox, le jeu étant disponible sur le XBLA !

 

 
564238_29370_front.jpg

 

Marathon 2: Durandal
« Tycho never got it right either, especially the part about Roland breaking me. He couldn’t.
No one can.« 

 

Sorti un an après Marathon (soit en 1995), Marathon 2: Durandal reprend de nombreux éléments du premier opus, mais innove aussi énormément. Techniquement, le jeu est bien plus beau que son
prédecesseur, propose un bestiaire beaucoup plus conséquent, des graphismes plus beaux, une meilleure maniabilité (notamment pour ce qui est de lever/baisser la tête), la possibilité de nager
avec de nombreuses parties sous-marines, des niveaux bien plus grands, et de nombreux sets de textures qui donneront des niveaux beaucoup plus variés.

Au niveau des armes, tous les designs ont été refaits et le fusil à pompe fait son apparition. Mais attention, c’est pas le fusil à pompe de Doom, non. C’est un fusil court à canon scié (et donc
une cartouche = un tir, ce qui en fait une arme où les munitions partent très vite), mais la particularité, c’est surtout la façon dont a notre Marine pour recharger son arme, en faisant tourner
le fusil autour du poignet, d’une façon digne d’un Scwharzy dans Terminator 2. Mais que faire de sa seconde main, me demanderez-vous ? Eh bien c’est facile: elle tient un second fusil à pompe !
Oui, on peut se battre avec deux fusils à pompe, ce qui est quand même la méga-classe internationale. 

Une autre grosse différence concerne les musiques qui ont purement et simplement disparues (à l’exception de celle d’intro) au profit de nombreux sons d’ambiance. Etrangement, même si de manière
générale les niveaux sont moins glauques que dans Marathon, ceux-ci sont tout autant oppressant. Les bons vieux Bobs de Marathon sont aussi de retour… mais cette fois-ci ils sont armés. Et si
l’on en tue trop, ils n’hésiteront pas à vous abattre à leur tour. Fini, le massacre de Bobs à tout va !

mtwo11.jpg

Hasta la vista, baby! 

 

Mais bien sûr, l’élément, encore une fois, qui fait la différence entre ce jeu et les autres de sa génération est incontestablement l’histoire.

 

/ ! \ Attention, ce qui suit révèle l’intégralité de l’histoire de Marathon 2, n’hésitez pas à sauter ces paragraphes si vous comptez vous essayer au jeu / ! \ 

 

17 ans se sont écoulés depuis l’invasion du Marathon, et les Pfhors, enragés par la rebellion S’pht, ont décidé de marquer d’une pierre blanche cet acte infame à leurs (trois) yeux: ils
s’apprêtent à ravager Lh’owon, la planète-mère des S’pht.
Mais ce serait sans compter sur Durandal.
A bord du Sfiera (renommé le Boomer par Durandal), le vaisseau Pfhor récupéré dans Marathon, Durandal et le joueur partent sur Lh’owon directement afin d’empêcher le massacre sur la planète
hostile.
Bien des surprises les attendent ici.
Durandal guide le joueur afin de pirater le système des Drones Pfhor, pour qu’ils se retournent contre leurs créateurs. Mais ce n’est pas suffisant, et en même temps, poussé par sa curiosité, il
envoie le joueur étudier la Citadelle S’pht, dernier baston technologique de cette race, qui semble servir de réceptacle culturel et historique.
Les S’pht possèdent une histoire longue, où les 11 clans S’pht divisés suite à des guerres intestines se sont partagés les terres de la planète. 10 clans sur Lh’owon, et le 11ième clan, le clan
S’pht’Kr, sur K’lia, la seconde lune de Lh’owon.
Seconde Lune qui disparut avant l’arrivée des Pfhors. Durandal est intrigué par cette histoire, et envoie le joueur explorer les dessous de la citadelle, jusqu’à plusieurs kilomètres de
profondeur où on trouve les anciennes archives.
Il y a fort longtemps, deux créatures, Pthia et Yrro, sont apparues aux S’pht et leur ont apporté le savoir, via la partie technologique de leur corps. Mais un ennemi apparut, nommé le
W’rkncacnter. Pthia fut tué, et Yrro entraina le W’rkncacnter dan le soleil de Lh’owon où ils brulèrent.
Pthia et Yrro sont alors cités comme étant des Jjaro (tiens, ça vous rappelle quelque chose ? le voilà le lien !), et les S’pht remarquent que les Pfhors utilisent la même technologie (les
fameuses technologies volées… ceci explique cela).
Les Jjaro, aux dires des S’pht, possédaient des technologies capables de transporter une planète. Comme… la seconde Lune de Lh’owon ?
Mais avant de pouvoir chercher à ce sujet, Durandal est attaqué violemment par un ennemi bien connu. Tycho, réactivé par les Pfhors, a lui aussi commencé sa Rampancy, et oscille entre la Rage et
la Jalousie.
Le joueur est alors obligé de désactiver brutalement Durandal (en lui faisant exploser les circuits) afin d’empêcher les Pfhors de l’utiliser, et le joueur est capturé.
Est-ce la fin ? Non ! Les scientifiques rescapés du Marathon (nos amis les Bobs !) se sont armés et attaquent les Pfhors, délivrant le héros. Et Robert Blake, élu chef des rescapés, donne alors
au joueur des directives afin de mener à bien le travail de Durandal.
Mais quelque chose intervient alors. Une IA apparait alors et s’adresse au joueur. Parlant des dialectes S’pht anciens, elle semble vouloir aider mais sans s’impliquer directement. Réactivée par
le joueur et comprenant la menace des Pfhors, elle agit pour aider notre marine, et K’lia, la seconde lune, réapparait alors.
Les S’pht’Kr se réveillent, et sont forts enragés de l’invasion Pfhor sur leur planète-mère. Ils s’attaquent à eux, alors que Tycho se suicide en s’écrasant sur la première lune. A côté du
cratère laissé par ce crash, un laser marque alors « Fatum Iustum Stultorum » en lettres de 300 mètres de long: Durandal est de retour, réactivé par les S’pht’Kr, et particulièrement leur IA Thoth
(baptisé ainsi par Durandal) qui semble capable d’utiliser les technologies Jjaro laissées par Pthia et Yrro.
Les Pfhors, en débandade, envoient leurs forces lourdes du 7ième régiment d’invasion planétaire, que l’on stoppe soi-même dans une forteresse S’pht. Pris de court, ils décident d’utiliser une
ancienne arme Jjaro nommée Trih xeem, ou Early Nova en anglais. Arme qu’ils n’utilisent pas pour les guerres mais seulement pour les révoltes devenues hors de contrôle, leur dernier recours.
La Early Nova détruit le système solaire complet de Lh’owon, mais les S’pht’Kr se sont enfuis à nouveau, et Durandal se sait victorieux d’avoir ainsi forcé les Pfhors à utiliser leur dernier
recours.

M2lores

La fin de Marathon 2 raconte que Durandal réapparait sur Terre 14000 ans plus tard à bord d’un vaisseau Jjaro, et que les Pfhors furent détruits dans la guerre entre 2795 et 2801.
Ici, l’histoire a pris une autre ampleur, et a fait le lien avec Pathways into Darkness. Mais malgré cela, l’histoire est loin d’être finie.

 

/ ! \ Fin des révélations sur l’histoire / ! \ 

 

Marathon 2 est le plus joué des Marathon, et pas seulement à cause des ses différentes versions (il est notamment sorti sur PC en 1996 ! ), c’est également celui autour duquel il y eut la plus
grande communauté de fans, créants des mods, des cartes, des modificateurs physiques pour ce jeu. On se souviendra notamment de Siege of Nor’Koh, une série de niveaux
fanmade d’une qualité assez poussée. Pour ma part, c’est celui que j’ai le plus fait, que je connais par coeur, et que je conseillerais, car il possède une histoire poussée qu’on apprécie plus si
l’on a fait Marathon, mais pas obligatoirement, et qu’il y a les niveaux les plus travaillés et ceux où l’on se sent les moins perdus (comparativement aux deux autres opus).

Comme pour le précédent jeu voici un lien pour télécharger Marathon 2 sous Windows en OpenGL avec des packs de textures améliorées:

Marathon 2: Durandal 

Rendez-vous la semaine prochaine pour le 3ième et dernier opus de cette saga ! 

 

Et comment chantait Blair: « Le monde des humains n’est pas fait pour les tubercules ! »

Rayas 

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (3)

  1. Norogrom lundi - 11 / 04 / 2011 Répondre

    Han trop bien, je pensais pas qu’on allait voir toute la trilogie ! Perso j’ai surtout joué à l’infinity, qui en est très très proche. Cette saga est vraiment rationnellement, je me souviens des forums immenses où y’avait tout et n’importe quoi, que je tentais de traduire avec un pote qui parlait pas mal anglais 😛

    Et pour info, on peut « sniper » avec les fusils de chasse, c’est vraiment l’arme qui fait peur quand t’es dans les couloirs d’une map multi 😀

  2. Mad-Dog mardi - 12 / 04 / 2011 Répondre

    Haaa, l’autre, il fait une référence à Blair. L’ultime référence obscure des annnées 90. Bien joué.

    Sinon, très bien cette retrospective, j’avais jamais entendu parler de Marathon. Grand mal m’en fasse.

  3. Norogrom lundi - 11 / 04 / 2011 Répondre

    Han trop bien, je pensais pas qu’on allait voir toute la trilogie ! Perso j’ai surtout joué à l’infinity, qui en est très très proche. Cette saga est vraiment rationnellement, je me souviens des forums immenses où y’avait tout et n’importe quoi, que je tentais de traduire avec un pote qui parlait pas mal anglais 😛

    Et pour info, on peut « sniper » avec les fusils de chasse, c’est vraiment l’arme qui fait peur quand t’es dans les couloirs d’une map multi 😀

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)