NesBlog

La Trilogie Marathon – Marathon Infinity

Flattr this

Et voici le 3ième épisode de notre retrospective Marathon sur le dernier opus de la saga !

marathon title

 

Marathon : Infinity
« rampant new comes
fate bright dark light
doubt, fear all blend
we are reborn
you and we are one »

Sorti un an après Marathon 2, soit en 1996, Infinity est développé par Double Aught, filiale de Bungie fondée par des anciens de Bungie qui fut leur seul et unique jeu jamais sorti, ce jeu
utilise le moteur de Marathon 2, en l’améliorant: de bien plus grands niveaux, de nouveaux sets de textures plus variés, des nouvelles gammes d’adversaires, une nouvelle arme: un
pistolet-mitrailleur à fléchettes utilisable sous l’eau (enfin une arme aquatique !). Les Bobs subissent une nouvelle évolution avec l’apparition de ce que l’on nomme les Vacuum-Bobs: des Bobs en
armure spatiale avec pistolet à plasma au poing ! Encore une bonne raison pour ne pas les emmerder…

L’autre nouveauté exceptionnelle est l’addition avec le jeu de deux utilitaires: Forge et Anvil, le premier permettant de créer ses propres maps (jusque là on
utilisait Pfhorte, un freeware amateur créé par reverse-engineering particulièrement buggé), et le second permet de modifier la physique et les sprites du jeu (comme le faisait Alchemist pour
Marathon 2, mais là en encore mieux). Ces outils vont permettre à la communauté de fans de développer de nouvelles cartes et plugins physiques travaillés, et l’on se souviendra surtout
de Marathon Evil, un mod pour Infinity particulièrement complet et flippant à l’extrême, faisant suite à Siege of Nor’Koh de Marathon 2. Un régal.

Marathon Infinity USERSUB Screenshot 1147918225 640w

Mais bien sûr, c’est encore sur l’histoire que le jeu parvient à nous épater, en allant bien plus loin que ses prédécesseurs…

 

/ ! \ Attention, ce qui suit révèle l’intégralité de l’histoire de Marathon Infinity, sautez ces paragraphes si vous n’avez pas la force mentale
nécessaire pour résister au degré de génie de ce scénario / ! \

 


Se réveillant à bord d’une station inconnue, on avance à tatons jusqu’à un terminal où Durandal nous annonce la fin inévitable et inattendue de l’univers: en utilisant la Early Nova sur le soleil
de Lh’owon, les Pfhors ont libéré le   W’rkncacnter que les Jjaro craignaient tant, et celui-ci (ou ceux-ci ? Ce n’est pas clair) se répand(ent) dans l’univers, dévorant toute existence
sur son/leur passage. Durandal n’a pas pu empêcher cela, et vous abandonne sur cette ancienne station Jjaro aux bons soins de… Tycho.

« Mais non, crétin de Rayas, t’as dit que Tycho s’était suicidé vers la fin de Marathon 2 ! Suis un peu ! » C’est exact.

Mais sommes-nous vraiment après Marathon 2 ? On ne dirait pas: Durandal ne semble n’être jamais allé sur Lh’owon, et regrette justement de ne pas avoir eu le temps de nous avoir envoyé dans les
ruines S’pht. Mais en explorant la station, nous retrouvons Thoth, qui s’adresse à nous de façon très obscure et détournée avant de nous téléporter…

Le premier chapitre, Despair, commence suite à cette téléportation où l’on se retrouve dans des lieux qui paraissent familiers. Et pour cause:
nous sommes sur Lh’owon. Guidés par Tycho, on marave du Bob (!), et l’on apprend que Durandal est mort depuis un bail. Les détails accumulés nous amènent à une étrange réflexion: nous sommes dans
ce qui pourrait être une dimension parallèle.

On se retrouve alors comme enlevé, apparaissant dans un lieu vide et étrange nommé le Hangar 96, où Thoth nous parle à nouveau de façon obscure avant de nous téléporter.

Ce second chapitre, Rage, commence alors que Durandal nous téléporte sur une station Pfhor, où nous aidons Robert Blake et Durandal à empêcher les
Pfhors d’attaquer Lh’owon. On découvre également en fouillant bien des séries de rapports Pfhors dans des terminaux desquels on peut tirer des conséquences sur la déchéance de la civilisation
Pfhor, tombant peu à peu vers le bureaucratisme galopant. Durandal semble ignorer qui l’on est dans cet univers, et la guerre se finit tandis que Tycho et Durandal s’entre-tuent, alors que Thoth
nous réceptionne à nouveau pour nous téléporter au Hangar 96.

Le troisième chapitre, Envy, nous mène face à un Tycho rampant et un Robert Blake faisant tout ce qu’il peut pour se défendre, vous guidant peu à
peu vers les restes des installations Jjaro, dans le sous-sol de Lh’owon. Durandal est mort, et il ne reste de lui qu’une puce backup avec laquelle on se promène. Une fois là-bas, Thoth nous
apparait, nous invitant à descendre plus bas encore, « come below » nous dit-il. Face aux installations composant Thoth, on y insère les restes de Durandal, et les deux IA fusionnent pour devenir
une nouvelle entité à part entière, possédant la folie et la volonté de Durandal, et les outils et la volonté de sauver l’univers de Thoth. Celui-ci rappelle les S’pht’Kr en ramenant K’lia en
orbite, et l’on fonce dans la station Jjaro pour absorber le tir de la Early Nova. La partie Durandal de l’IA annonce qu’elle vous libère de son contrôle, et disparait pour toujours.

Le jeu s’achève sur un écran extrêmement déroutant, mettant par écrit les dernières pensées de Durandal avant la fin de l’univers, si ce n’est pas peut-être les pensées-même de l’univers lors de
sa mort. Ses pensées partent dans tous les sens mais une idée reste fixe: celle de vous avoir permis, à vous, d’agir. Car la nature de vos actes prend un tout autre tour dans cette image de
fin…

 

/ ! \ Fin des gros spoilers qui tâchent, ou tout du moins on l’espère / ! \

 

Certains joueurs ont été impressioné par la fin d’Actraiser, montrant un monde en paix qui n’avait plus besoin de religion, où Dieu se contentait de laisser les hommes vivre en paix. Moi
c’étaient les symbôles du Héros et de la Destinée instillés par Marathon qui m’ont toujours fait réfléchir, et ce depuis plus de 10 ans maintenant.Tout comme pour les précédents opus, une version
améliorée graphiquement et en OpenGL est disponible légalement et gratuitement ici:

Marathon Infinity

La trilogie est terminée, mais pourtant il reste encore bien et bien des choses à dire… C’est pour cela que je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un dernier article sur des sujets
qui ne passioneront pas tout le monde: la symbolique, la philosophie et les secrets de la trilogie Marathon, ainsi que ses liens potentiels avec Halo !

Et comme chantait Blair: « Même avec un casque, j’ai l’air d’un abruti, qui se prend pour Caliméro ! »

Rayas

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (2)

  1. Ice-Blaze Samedi - 23 / 04 / 2011 Répondre

    J’ai hâte de voir le prochain post !

  2. Ice-Blaze Samedi - 23 / 04 / 2011 Répondre

    J’ai hâte de voir le prochain post !

Ajouter un commentaire


six − = 5

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)