NesBlog
« M’sieur! Quand est-ce qu’on joue? Le jeu de rôle au collège

« M’sieur! Quand est-ce qu’on joue? Le jeu de rôle au collège

Flattr this

Le jeu vidéo n’est pas la manière de jouer à l’école. C’est dans ce sens que j’ai contacté Monsieur Alceste, enseignant en lettres-modernes, qui a créé un club de jeu de rôle dans son collège.

– Avant de rentrer dans le détail de ton club, peux-tu nous expliquer à quoi tu joues?

Je suis entré très tôt dans le monde du jeu. Durant toute mon enfance les fêtes de fin d’année et mes anniversaires étaient l’occasion d’obtenir une nouvelle console ou des jeux pour celle-ci. J’ai débuté avec la Nes et le traumatisant Teenage Mutant Hero Turtles (j’angoisse encore à la pensée de son niveau des égouts !), avant de suivre activement les sorties d’année en année. La Mégadrive, la Super Nintendo, la Saturn, la Dreamcast pour finalement m’arrêter à la X-Box première du nom car j’étais alors devenu un joueur sur PC. C’est cette dernière plateforme qui accueillera la majorité de mes loisirs adolescents avec Diablo II, Starcraft, et surtout Baldur’s Gate et ses dérivés qui marqueront mon premier contact avec le Jeu de rôle, avec son univers tiré des Royaumes oubliés de Donjons & Dragons. A l’époque, je me suis lancé dans toutes les formes de jeu que je découvrais : les jeux de cartes (Magic the Gathering), les jeux de figurines (Warhammer 40k, Confrontation) et les jeux de plateau.

« Je me suis assez vite motivé à l’idée de devenir moi-même maître de jeu »

C’est également à l’adolescence que je découvre sur internet (que nous avions depuis peu à la maison), des jeux en ligne où le « roleplay » (le fait d’incarner un rôle, un personnage) a de l’importance. Je prends alors goût à l’écriture et des copains m’initient au Jeu de rôle « sur table » avec Star Wars D6 et Warhammer (dont je connaissais déjà l’univers par le biais des jeux de stratégie associés). Je me suis assez vite motivé à l’idée de devenir moi-même maître de jeu et j’ai fait l’acquisition de mes premiers manuels : In Nomine Satanis/Magna Veritas (INS/MV), un jeu où anges et démons s’affrontent sur terre avec une tonalité plutôt comique, et Vampire la Mascarade, qui deviendra un des piliers de ma culture rôlistique avec son univers très riche. J’ai ensuite entraîné mes amis de l’époque avec moi, me retrouvant presque toujours maître de jeu à notre table. J’ai rapidement commencé à collectionner les ouvrages de jeu de rôle par intérêt pour leur univers, leurs règles, ou simplement pour la qualité de leur édition. Mes gammes préférées sont Vampire la Mascarade et l’âge des ténèbres, L’Appel de Cthulhu, Unknown Armies et Tribe 8.

Quinze ans plus tard, je joue toujours aux jeux-vidéo quand j’en ai le temps et la série des Dark Souls est ma référence actuelle en termes de gameplay et d’univers. J’ai également pris goût aux jeux de plateau, les derniers m’ayant vraiment plu étant Le Parrain et Black Orchestra. Je pratique par contre beaucoup moins les jeux de figurine quoi que je possède deux équipes de Bloodbowl, une de Necromunda, et que j’ai peint récemment une Kill Team Harlequin de Warhammer 40k. Je reste plus actif en ce qui concerne le jeu de rôle, me tenant toujours au courant des nouveautés pour compléter ma collection avec des jeux qui me semblent intéressants, et essayant de pratiquer ponctuellement, que ce soit par le biais de Discord ou sur table, à l’ancienne.

« j’ai eu envie de leur faire découvrir ce loisir qui me plaît tant et que j’avais moi-même découvert au collège. »

– Quelle est l’origine de ce projet « Jeu de rôle au collège » ?

L’année dernière, j’ai découvert parmi mes 6e un certain nombre d’élèves qui partageaient mon goût pour les univers imaginaires, qu’il s’agisse de superhéros de Comics ou de Science-Fiction. Comme j’avais un très bon contact avec eux, et que je sortais d’une période très difficile (je passais un autre concours en parallèle des cours que je donnais), j’ai eu envie de leur faire découvrir ce loisir qui me plaît tant et que j’avais moi-même découvert au collège. Je n’ai eu aucun mal à former deux groupes, l’un de garçons et l’autre de filles, et nous avons ainsi fait quelques parties au cours des derniers mois de l’année, à la pause du midi. Les élèves étaient très réceptifs, aussi cela m’a donné envie d’organiser un peu mieux les choses et de rentrer dans le cadre des « clubs » (bénévoles) organisés au sein de l’établissement. J’ai demandé à mes premiers joueurs d’en faire un peu la publicité auprès de leurs camarades, et le jour des inscriptions je me suis retrouvé avec plus de 35 élèves motivés ! Depuis, le club continue de se développer.

Tweet de @MonsieurAlceste

– Comment se déroule concrètement une séance?

Au début, comme les élèves étaient tous débutants, j’étais le seul maître de jeu. Je les avais donc séparés en petits groupes afin de faire quelques parties d’initiation, avant de partir sur des scénarios plus développés. Chaque joueur a créé son propre personnage, avec une fiche récapitulant ses caractéristiques et ses capacités.

« certains groupes découvrent également le plaisir des intrigues et de l’ambiance. »

Lors d’une partie, nous nous installons autour d’une table et l’aventure se construit par le dialogue, le jeu oral et le hasard des dés. Nous utilisons également parfois des figurines pour donner un aspect plus tactique aux affrontements.
Le maître de jeu connait le scénario, ses personnages principaux, et les règles qui servent à résoudre de manière ludique les actions des joueurs. Durant la partie, le maître de jeu incarne les personnages non-joueurs et donne les indications nécessaires pour que les joueurs rentrent dans l’univers et l’intrigue, les mots suppléent aux sens grâce à des descriptions et des explications.
Chaque joueur essaye d’incarner au mieux son personnage, qui peut avoir un tempérament très différent du sien, et lorsqu’une action ayant de l’importance pour la suite de l’histoire est tentée, un jet de dé décide de sa réussite.
Nous jouons principalement à des jeux à tonalité épique, les élèves incarnent des héros et l’action domine, mais certains groupes découvrent également le plaisir des intrigues et de l’ambiance. Le jeu de rôle est une manière de jouer riche, et elle peut varier grandement d’une partie à l’autre.

Tweet de @MonsieurAlceste

 

– Comment choisis tu les élèves ?

Comme je l’ai dit, à l’origine j’ai démarché les élèves qui avaient exprimé une appétence pour les univers imaginaires, mais le bouche à oreille a ensuite suffi pour que l’effectif grandisse. J’accepte tout élève volontaire, à condition qu’il ne nous fasse pas faux bond trop souvent. Parmi les membres du club, il y en a qui sont en difficulté scolaire, d’autres qui excellent, il y a des garçons, des filles… mais j’accueille surtout des élèves de 6e/5e cette année.

« Au début je n’avais que 14 joueurs, mais le recrutement a poussé ce nombre jusqu’à 35 après la rentrée. »

– Connaissaient-ils le jeu de rôle ?

Certains en avaient vaguement entendu parler, mais la majorité ne savait pas vraiment de quoi il s’agissait. Cependant, ils se sont familiarisés très vite avec les mécaniques générales du jeu de rôle. Ce n’est pas étonnant car le jeu vidéo s’en est très largement inspiré depuis les années 80. Une fiche de personnage, un équipement, des caractéristiques, cela parle à presque tout le monde. Il en va de même pour les univers exploités, l’Heroic fantasy et la Science-fiction ne sont plus des genres de niche et tout le monde connaît le Seigneur des anneaux, les elfes, les nains, les vaisseaux spatiaux, les cyborgs, les mutants… Tout cela fait partie de la culture populaire grâce au jeu-vidéo, aux bandes-dessinées, au cinéma et à la télévision.

« C’est important qu’ils s’approprient ce loisir et puissent jouer sans moi ! »

– Comment as-évolué le club au fil de l’année ?

Au début je n’avais que 14 joueurs, mais le recrutement a poussé ce nombre jusqu’à 35 après la rentrée. Depuis, de nouveaux membres rejoignent le club régulièrement et il y a maintenant 47 élèves impliqués – soit plus de 10% des élèves du collège. Un collègue d’Histoire-Géo, qui pratiquait déjà le jeu de rôle comme joueur, s’est joint à moi en passant de l’autre côté de l’écran, il s’est fait maître de jeu pour l’un des groupes. De nombreux élèves ayant témoigné l’envie de faire de même, j’ai récupéré des boites d’initiation comme il y en a maintenant beaucoup sur le marché. Actuellement, six élèves ont déjà fait maître de jeu au moins une fois, et d’autres devraient se lancer bientôt. C’est important qu’ils s’approprient ce loisir et puissent jouer sans moi !

– Des évolutions prévues pour la suite ?

J’ai commencé à parler de l’évolution du club avec les élèves et ils sont d’accord pour que j’assure moins de parties en tant que maître de jeu pour pouvoir mieux les épauler. Je continuerais à faire maître de jeu, mais sur seulement une ou deux parties à la fois, avec des groupes qui tourneraient afin que tous aient l’occasion de jouer avec moi. Nous allons également réserver un midi à l’initiation : n’importe quel élève pourra se présenter pour participer à un court scénario.
J’aimerais également préparer une petite formation pour aider les jeunes maîtres de jeu à prendre de bons réflexes, à écrire leurs premiers scénarios, tout cela pour qu’ils puissent poursuivre sans moi et hors du club.
J’ai également dans l’idée de faire inventer un univers personnel à un groupe de volontaires, afin qu’ils créent par eux-mêmes, mais avec mon aide, leur propre « setting de jeu », avec sa géographie, son histoire, ses personnages importants, ses intrigues…

« Je pense que cette expérience m’a beaucoup aidé à dépasser ma timidité et à entrer dans le métier d’enseignant. »

– Qu’est-ce que les élèves travaillent comme connaissances/compétences qui pourraient être utilisées dans le domaine scolaire ?

Le jeu de rôle nécessite à la fois d’écouter et de parler, c’est également une forme de jeu qui met fortement à contribution l’imagination, que ce soit pour le joueur qui doit imaginer ce qui se passe que pour le maître de jeu qui doit souvent improviser les conséquences des actions des personnages.
Durant une partie, il faut apprendre à écouter les autres et à contribuer constructivement aux échanges, et le « roleplay » se rapproche du théâtre d’improvisation. De plus, préparer une partie nécessite de lire les règles, de les comprendre et de les mémoriser, mais aussi d’entrer dans un univers par la lecture pour en tirer des scénarios. Je pense donc qu’il y a de réels bénéfices pour les élèves qui s’impliquent, que ce soit dans les domaines du langage, de l’expression ou de l’imaginaire. C’est surtout vrai pour le maître de jeu, qui assume un rôle majeur lors d’une partie. Je pense que cette expérience m’a beaucoup aidé à dépasser ma timidité et à entrer dans le métier d’enseignant. Face à une classe, on doit souvent improviser et rebondir oralement sur les interventions des élèves.


Retrouvez Monsieur Alceste sur Twitter. 

Interview réalisée par Romain Vincent, enseignant en histoire-géographie au Collège de l’Europe (Chelles, 77) et créateur de la chaîne Jeu Vidéo et Histoire sur YouTube.

Les précédentes chroniques :
« M’sieur, quand est-ce qu’on joue? Une introduction »
« M’sieur, quand est-ce qu’on joue à Minecraft? »
« M’sieur, quand est-ce qu’on joue au Moyen-Âge? Stronghold en 5ème »
4 « M’sieur, Quand est-ce qu’on joue à Skyrim? »
5 « Msieur, quand est-ce qu’on joue à Scribblenauts?
6 « Msieur,quand est-ce qu’on joue à Assassin’s Creed Origins?
7 « Msieur, quand est-ce qu’on sauve le Louvre? »

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (1)

  1. OUDIN mercredi - 15 / 05 / 2019 Répondre

    Salut 🙂
    je suis gestionnaire dans un collège de la Sarthe, rôliste depuis plus de trente ans, et j’envisage de monter un club JDR au sein de mon collège à la rentrée prochaine 🙂

    J’aimerais beaucoup échanger avec toi sur les modalités de mise en place de ton club (nbre de joueurs, quel niveau,etc…), sachant que j’envisage de construire ce projet autour du jeu « le Donjon de Naheulbeuk » que tu connais sans doute 🙂

    N’hesites pas à me contacter par mail, on pourra échanger et je suis persuadé que tu pourras m’aporter une aide précieuse …

    ++

    Frédéric

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)