NesBlog
Matière grise et pertes blanches – Civilisation IV

Matière grise et pertes blanches – Civilisation IV

Flattr this

Usul à déterré un ancien concept qui date de l’époque où il était sur Dailymotion, dans cet épisode, il étudie le jeu Civilisation IV. (Nov. 2011)

 
Ajouter un commentaire

Commentaires (25)

  1. Zal lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Très intéressant. 🙂

  2. Kayris lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Très bon.

    Si c’est ce concept qui doit succéder aux 36.15, j’applaudis des deux mains.
    Car les Usul Passion sont sympa’ mais limités et peu pertinents…

  3. Baronvonchateau lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Elle est très bien, cette chronique. Je l’aime bien parce qu’elle pose la question du « que nous reste-t-il dans le cerveau après avoir joué à un jeu vidéo ? » Quels sont les systèmes et les conceptions que nous avons appris et intériorisés après avoir triomphé d’un jeu vidéo qui nous a imposé ses règles et sa vision ?

    C’est un peu ce genre de réflexions que j’attendais de la conférence sur le rôle du jeu vidéo dans l’éducation des enfants, d’ailleurs. A partir du moment où on appréhende -et même où nous découvrons- un concept dans un jeu vidéo qui nous récompense où nous pénalise selon des règles qui lui sont propres, qu’est ce qui reste dans notre inconscient ? Pour donner un exemple débile : est-ce que vous avez parfois le jingle débile de Zelda « Vous avez trouvé un objet! » qui vous poppe dans la tête quand vous retrouvez les clés que vous avez paumée quelque part dans votre chambre ? Est-ce que vous avez le bruit d’un ACHIEVEMENT UNLOCKED vous poppe en tête lorsque vous avez terminé une tâche que vous vous étiez fixée ?

    Et si oui, on peut se poser la question de savoir si ces jingles sont les seules choses que notre inconscient a retenu après avoir joué à un jeu vidéo. Donc voilà, moi, je suis fan de c’te nouvelle chronique. En plus, ça se voit qu’elle a été faite avec LOVE.

    Par contre, ce titre, putain. Lui aussi il a été fait avec LOVE. Un peu trop d’ailleurs.

    • Saul lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

      Pour rebondir sur la manière dont nous assimilons certains jeux (ou comment ils nous assimilent pour faire cool), je trouve assez vrai qu’il y a un coté « comment je vois la vie après Ce jeu ». Un peu différemment parfois, et c’est parfois beau.
      Il y a des jingles pour l’inconscient comme tu dis ; mais je dirait qu’il y a aussi beaucoup plus, comme le fait de reconnaître dans sa vie des éléments d’un certain jeu. Cela pourrait concerner beaucoup de choses.. par exemple, qui s’est dit « Tiens, je vais voyager » après une partie de TES ? Ou encore, qui s’est dit un truc du genre « toutes ces personnes sont comme les lueurs des feux de camps, fugitives mais ô combien réconfortantes. » après une expérience de Dark Souls.
      Enfin, je veux dire qu’il est clair pour moi que certain jeux changent pas mal notre manière de voir, dans le sens où on peut éventuellement appliquer leur charme sur un aspect de la vie, sans que cela induit un changement trop fort par rapport à notre « avant ». Cependant, je parle beaucoup de ma personne comme ça ; j’aimerais bien saisir si beaucoup de joueur-se-s sont affectés comme ça par leurs expériences prolongées de jeu.

      Quant à la vidéo déterrée, un très beau sujet avec des phrases très belles. Le titre est splendide.
      Toutefois, je ne pense pas que les historiens défendent un point de vue critique par définition. L’histoire est, je crois, plutôt une science, alors elle implique une certaine objectivité, certes limitée par le moule social/normal dont est issu l’historien en question. Parce que peut-être que l’historien qui mélange ses avis avec des données se rapproche aussi de… ben d’un glorificateur ou du contraire, genre comme dans un état autoritaire genre l’Espagne Franquiste.

      • Saul lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

        Mais quand même, aux auteurs de la vidéos : BRAVO !

      • Sindarus mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

        Ce qui m’arrive assez souvent, quand je joue longtemps (trop) a un même jeu vidéo, c’est que mon cerveau assimile certains sons de la vie quotidienne aux sons du jeu. C’est a dire que s’il y a un son qui ressemble vaguement a un son du jeu, mon cerveau l’interprète comme si c’était le son du jeu, avec les réactions qui vont avec: si c’est le son d’un ennemi, je sursaute. Il m’arrive, dans la rue, d’entendre des bruits de monstre ou autres sample répétés dans le jeu. C’est assez perturbant. ^^

        • Vantel mercredi - 12 / 03 / 2014 Répondre

          C’est parce que tu souffres de synesthésie. Si tu associes des couleurs à des chiffres/lettres, ou odeur … bah c’est le pompom, t’es un artiste

  4. Vlad Tepes lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Déjà vu, mais toujours aussi bon.

  5. Sullivan lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Très bon concept cette chronique.
    Je trouve néanmoins dommage que la question des compromis apparaisse comme un détail sans importance. Certaines règles et approches du jeu ont nécessairement été influencé par une nécessité de gameplay, mais ça semble être balayé tellement facilement dans cette chronique… Je ne suis pas convaincu que ce soit la meilleure chose à faire, ou du moins ça devrait être argumenté. Et il semble y avoir matière à argumenter. Typiquement, les facteurs qui permettent de marquer des points, discutés dans la chronique, peuvent être utilisés pour décrire de quelle manière le jeu nous encourage à nous comporter et approcher le jeu.

    Mais sinon, vraiment pas mal. J’ai hate de voir quels autres sujets/jeux peuvent être abordés avec ce format.

    ps: fan du titre

  6. Jean-Fulbert lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Super intéressant comme concept d’émission!

    Comme le disait Kayris, si ce concept d’émission vient supplanter le 3615 Usul, j’approuve complètement! Une chronique qui fait réfléchir, qui est très intéressante et qui me rappelle les radios Usul ou les Twitch d’Usul en train de défoncer des gens à 2X tout en discutant philo ou économie!

    J’espère qu’il y aura d’autres vidéos dans ce genre!

  7. Maronnie lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    J’avais bien aimé à l’époque… Je la conseille à ceux qui n’ont jamais vu.

    Je la reregarderai peut-être à l’occasion mais j’aurais surtout voulu du neuf droit là :-/ consommation :-/

    Dans tout les cas, ne va pas jusqu’à déterrer la vidéo de Fatman (par contre le spoil tu peux :-D)

  8. Le Tentacule lundi - 10 / 03 / 2014 Répondre

    Ça fait rêver à la même émission sur Crusader Kings II (qu’est-ce que ce jeu m’a donné envie de plonger dans tout les livres qui parlent du moyen age !)

  9. luc2 mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    c’etait la premiere video d’usul que j’ai vue, et ca m’avait laisse une mauvaise impression… c’etait trop intello, trop loin du jeu video, trop loin d’un sujet precis, trop loin d’une video qui a un but…

  10. LePierre mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    Mouais… Beaucoup de branlette intellectuelle vouée à elle même dans cette vidéo, basée en plus sur pas grands chose avec des soi-disant experts… Je trouvais Usul nettement plus efficace dans les 3615. Même le nom de l’émission est repoussant.

  11. LePierre mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    Et puis arrêtez, nom d’une pipe, de « REBONDIR » tout le temps!!! Ça devient vraiment lourd!

  12. MikeMandrill mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    La vidéo est plutôt intéressante philosophiquement mais franchement, le concept m’échappe complètement.
    C’est plus une réflexion sur les mécanismes de l’histoire plus ou moins rapprochée à Civilization. Mais quand vous parlez du jeu c’est juste pour dire que bon, le gameplay prend quand même pas mal le pas sur la logique donc je reçoit pas vraiment ce que vous pensez de l’objet vidéoludique. Ça parle d’histoire donc ça fait réfléchir et c’est bien? Ou alors voilà ce que mon pote et moi on connait de l’histoire, on va vous en parler en se servant d’un jeu dans lequel y’a des trucs historiques.
    Il faudrait voir ce que donnerait d’autres épisodes pour bien comprendre de quelle manière vous abordez le jeu vidéo parce que là c’est plutôt déroutant.
    Et puis « Matière grise et pertes blanches »? Seriously?

    Mais bien sur la vidéo a déjà 2 ans et elle serait surement différente aujourd’hui. La vidéo reste intéressante et au moins, c’est pas fréquent de voir des auteurs d’émission tenter des trucs.

  13. Red_Coconut mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    C’aurait été moi, j’aurais fait ce sujet sur l’histoire avec Crusader Kings II. Beaucoup plus de choses à dire à mon avis. Après je me rappelle plus si le jeu était déjà sorti à l’époque.

  14. F.Fukushima mardi - 11 / 03 / 2014 Répondre

    Très bonne chronique: c’est subtil, intéressant et original. L’expert en histoire aurait gagné à avoir rejoué à Civlization plus récemment, cela aurait évité ses approximation et incertitudes sur quelques mécaniques du jeu mais il a des choses à dire et comme la vidéo a probablement été tournée un soir après quelques bières, ce qui est perdu en précision est gagné en spontanéité. Ça pourrait être une bonne alternative aux Usul Passion à l’avenir: trouver un jeu dont les mécaniques sont révélatrices de présupposés et un « expert » pour analyser ceux-ci.

  15. Hydro Bob-omb mercredi - 12 / 03 / 2014 Répondre

    Ca me fait penser à ce que vous ferrez plus tard avec Democracy.
    La démonstration d’une conception du monde présupposée et imposée par un jeu vidéo, imprégné du contexte politique et social dans lequel il existe, dont il assimile et détourne les codes pour aboutir à quelque chose de révélateur sur les conceptions normatives (ou pas, mais cela arrive rarement) que nous avons sur le monde.
    Mais je me pose la question de la possibilité de faire ça avec des jeux qui ne soient pas de gestion.

  16. Insalubre mercredi - 12 / 03 / 2014 Répondre

    Concept savoureux.
    Il ne reste plus qu’à formater pour rendre ça accessible au plus grand nombre. Par exemple si c’est toujours le même historien lui apprendre les codes de la présentation. J’ai rien contre son physique, j’aimais beaucoup CDV époque homme des cavernes, mais on vit dans ce monde là.

  17. Tabasco samedi - 15 / 03 / 2014 Répondre

    Salaud ! avec cette video et le humble bundle sid meier, je vais rechuter grave dans Civilization.
    Sinon j’aime bien comment cette video lance la réflexion sur l’histoire a partir d’un jeu video

  18. Rigosaure samedi - 22 / 03 / 2014 Répondre

    Très bon concept, intelligent, documenté, et bien imagé. Bref si tu décides de passer à ce genre de vidéo, je te suis sur toute la ligne.
    Intellectualiser le jeux vidéo je te tire mon chapeau ! Mais s’il vous plize, un petit peu moins de Marx ! On le retrouve très souvent dans vos vidéo ami prolétaire !

    • Rigosaure samedi - 22 / 03 / 2014 Répondre

      Petit coup d’inspiration, même si vous ne devez pas en manquer, les jeux Deus ex regorge de questions philosophiques d’actualité et qui, je pense, en ravirons plus d’un 😉

  19. Atnavors samedi - 05 / 04 / 2014 Répondre

    Salut Usul, très bon sujet, traité de façon très neutre. Une remarque ou deux cependant. Il y a du Hegel dans Civ, mais ce n’est pas à Hegel que nous devons la fin de l’Histoire, mais seulement l’idée selon laquelle ce sont les hommes qui ont le pouvoir de parvenir à cette fin (qui est de reconnaître leur liberté intrinsèque). La fin de l’Histoire était déjà dans la Religion (Ragnarok, Apocalypse de Jean). En outre, pour Hegel, nous étions déjà arrivés au terme de l’Histoire avec l’invention de l’Etat de droit à la fin du XVIIIe. Il n’aurait pas continué l’Histoire jusqu’à nous.

    Je pense pour ma part que Civ correspond à une perception ouverte de l’Histoire, qui n’exclut pas l’héritage de la dialectique historique de Hegel et Marx. Mais comme vous le remarquez, ni le Communisme, ni la Démocratie libérale, ni la domination mondiale ne sont des fins obligées, ce ne sont que des fins possibles.

    Sans prétendre rentrer dans la tête de Sid Meier, il suffit de reconnaître que la conquête du monde a toujours été conçue comme une fin possible de l’Histoire, du moins par ceux qui l’ont entreprise. En fixant la fin de l’Histoire à l’époque contemporaine, Sid ne fait que suivre la convention habituelle qui veut que l’Histoire commence avec l’écriture et finisse hier.

    Mais il y a la nécessité historique, et il y a du génie à en faire une mécanique de jeu. A ce titre Sid Meier est hégélien, mais Hegel et Marx sont les seuls à avoir pensé l’Histoire comme une suite d’oppositions, et non comme un progrès simplement linéaire. En incarnant un peuple, nous rentrons immédiatement dans cet antagonisme historique entre les nations. Et c’est parce que le jeu s’arrête à cela, et non pas simplement à une opposition d’idéaux, qu’il se veut neutre.

    De là aussi le choix des nations. Dans Civ nous pouvons concevoir que chaque territoire de départ est celui d’une nation, et dans ce cas, il n’y a pas de contradiction entre la coexistence des Romains et des Français. Ce que civ ne gère pas, ce sont les transformations des territoires dans le temps, le fait que Rome devienne l’Italie ou que la Gaule devienne la France. Un mod de Civ 4, Rhys je crois, permettait de concevoir une histoire plus dynamique.

    Pour finir, Call to Power (I & II), le « faux civ », permettait d’incarner même les plus petites nations possibles, et en plus, d’aller dans le futur, ce qui contenait une réflexion beaucoup plus risquée sur ce qu’est vraiment la fin de l’Histoire. Il y avait aussi l’add-on où l’on pouvait incarner des civilisations de dinosaures (Fantasy Worlds pour civ II), qui imaginait une Histoire de la nature, ce devant quoi Hegel se serait probablement retourné dans sa tombe.

    Bon week-end

  20. Dran lundi - 17 / 11 / 2014 Répondre

    C’est faux. Le passage à la démocratie change ses pouvoir ainsi que le gameplay. On ne peut plus entrer en guerre et on doit limiter les risque lors de l’utilisation des espions et autres unités. Je pense que ça permet aussi quand on est attaqué de générer des unités de résistances et d’autres changements dont je ne me rappel plus ici.

Ajouter un commentaire

*

(option accessible aux utilisateurs enregistrés)